AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 VEILLÉE NOCTURNE ◈ jules l. callaway & lucy c. weasley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: VEILLÉE NOCTURNE ◈ jules l. callaway & lucy c. weasley   Jeu 28 Juil - 9:39



Veillée nocturne

Participants au rp ◈ jules l. callaway & lucy weasley
Cadre spatial de l'action ◈ dans les couloirs du troisième étage, non loin du bureau de Jules et de la statue de la sorcière borgne
Cadre temporel de l'action ◈ lundi soir, on peut même dire pendant la nuit, les élèves sont endormis, et certains professeurs sont de garde
Statut du sujet ◈ en cours

La journée a été longue, extrêmement longue. Vous vous demandez sûrement ce que j'ai fait ! Et bien je l'ai passée à déballer mes affaires dans mon bureau et à souffrir à cause de ma jambe irréparablement lésée et mes mots de tête insoutenable. Je ne sais combien de temps j'ai passé dans cette salle pleine de poussière et de froideur, mais ce que je sais, c'est que je n'avais pas mangé de la journée et qu'il était temps pour moi d'aller m'évader un peu.

Connaissant tous les recoins de Poudlard pour y avoir gambadé avec mes parents quand je n'étais pas plus haute que trois pommes -m'étonnant malgré tout de me souvenir encore de la plupart de ces endroits même après toutes ces années-, je me dirigeai vers la statue de la sorcière borgne qui donnait sur Pré-au-lard. Sortant ma baguette je fis ce qu'il fallait “Dissendium” et je traversai le couloir interminable de dalle froide et rugueuse pour aller rassasier ma faim. (...) Quand ce fut fait, je retournai au château par le même chemin et me rassis à mon bureau, pensive et inattentive. Peu à peu, je m'assoupis.

Songe

Marchant dans la forêt interdite, j'écoutais le moindre son qui m'entourait. Les hiboux hululaient, les feuilles mortes tombaient délicatement sur le sol. Mon ouïe était ultra développé depuis quelques temps, à croire que lors de mon séjour à Ste Mangouste, on m'avait doté d'un don. Observant tout autour de moi, je décelai le moindre mouvement suspect. Je semblais calme, enfin, pas tout à fait, parce qu'au plus profond de moi, j'avais peur, j'étais tourmentée. J'avançai, sans savoir où j'allais, sans même savoir pourquoi j'étais là. Puis j'aperçus une bête, une biche tout à fait normale. Que faisait-elle là, entourée par une forêt grouillante de créature mystique et fantastique ? Était-elle là pour quelqu'un ? En tout cas, cet animal semblait délicat, innocent, il n'avait rien de dangereux, mais soudain quelqu'un se jeta sur la pauvre bête, la dépouillant de la vie. Je ne savais pas ce que c'était, une force mystérieuse issue de la magie noire ? un loup-garou ? un vampire peut-être ... Criant de toutes mes forces je me mis à courir, courir jusqu'à ne plus pouvoir avancer.
Réveil

Il y eut un bruit de fracas, quelque chose s'était écrasé sur le sol, et ce n'était en rien dans mon bureau. Me levant d'un bond, j'attrapai ma baguette en bois de chêne et serrant mes doigts avec résistance autour, je sortis de mon bureau et atterris dans le couloir du troisième étage qui devait être désert. Marchant d'un rythme rapide j'arrivai vers la statue de la sorcière borgne où j'aperçus une silhouette assez grande, déterminée je brandis ma baguette “Expelliarmus”. La baguette de mon opposant partit dans ma direction et je l'attrapai au vol. M'avançant lentement de la personne, je vis un petit insigne brillé. “Qui es-tu et que fais-tu là ? Lumos !” Je vis alors apparaître devant moi, une élève, mais pas n'importe laquelle, c'était la préfète en chef, Lucy Weasley, que j'avais envoyé ce matin même dans les roses quand elle m'avait demandé un autographe. J'avais été indigne, et je l'étais une fois de plus, m'avançant encore je dis “Oh excusez-moi mademoiselle Weasley, j'avais entendu un bruit suspect, je pensais ... Enfin bref, vous êtes de ronde n'est-ce pas ?” Tout à fait gênée, je lui tendis sa baguette.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: VEILLÉE NOCTURNE ◈ jules l. callaway & lucy c. weasley   Jeu 28 Juil - 12:43

« Alors elle t’a envoyé paître ? »
« Oui. »
« Et tu t’y attendais. »
« Oui, un peu. »
« Tu dois être dégoûtée … »
« Passe-moi le jus d’orange, Roxanne. »

Roxanne lui passa le jus d’orange, coupant court à la conversation. Elle devait penser, à juste titre, que Lucy était énervée, car elle avait pour habitude de boire du jus d’orange le matin au réveil. Quand elle en boit le midi, ou encore le soir, c’est pour décompresser et affronter la suite des évènements. Sauf que Roxanne se trompait sur la raison de l’énervement de Lucy. Elle pensait que sa camarade était dégoûtée de ne pas avoir obtenu son autographe quand elle était allée le demander à l’ancienne membre des Harpies de Holyhead leur servant de prof, mais pas du tout. Lucy s’y attendait à ça, il est de connaissance commune que les Harpies sont des féministes qui ont un caractère de merde. Elle avait fait contre bon gré mal gré et était retournée à ses occupations sans tenir compte de la rebuffade de son nouveau professeur. Elle était allée en cours, restant collée à sa Roxanne chérie, papotant avec elle aux intercours et l’empêchant de papoter pendant les cours, d’une bonne humeur communicative et pire qu’un virus, jusqu’à ce qu’un préfet vienne lui dire que la directrice l’avait désignée pour la patrouille du soir. Alors qu’elle avait déjà patrouillé la veille, et l’avant-veille, et qu’elle espérait un minimum de repos et de considérations, que diable. Elle était donc passée de bonne humeur à mauvaise humeur, et tirait une tête de trois pieds de long, prête à mordre tous ceux qui s’approcheraient un peu trop d’elle. Bon d’accord, presque tous. Roxanne était encore entière, Cléo aussi, Shay avait encore la tête sur les épaules, elle n’a encore tué personne. Terminant son repas, elle monta dans la salle commune accompagnée de Roxanne et alla rapidement se changer, rangeant ses fringues dans la valise pour en enfiler rapidement d’autres, se couvrant pour ne pas attraper froid. Sans vraiment regarder ce qu’elle prenait, elle s’habilla chaudement, enfilant un simple jean bleu pour le bas, ses bottes en cuir, et c’est bon. Elle enfila sa cape de sorcière, laissa tomber la robe – ça va c’est une patrouille – attrapa sa baguette et descendit, saluant Callie au passage, cette dernière étant également dégoûtée de devoir aller patrouiller.

Enfilant ses gants et son écharpe, elle commença sa patrouille les yeux plissés, se demandant si elle allait vraiment croiser des gens dehors à cette heure-ci. Petite patrouille très entraînante en solitaire, youpi que de joie. Elle n’était vêtue en tout et pour tout que d’un tee-shirt et un jean, avec des bottes et son écharpe. Elle ne craignait pas spécialement le froid mais préférait être couverte au niveau du cou. Ne serait-ce que d’une petite écharpe en lin, quoi. Elle patrouillait depuis le début de la nuit, les mains dans les poches, sa baguette cachée dans sa manche, elle sifflotait tout bas pour ne pas mourir d’ennui et dépérir dans un coin. Les patrouilles, ce n’est pas très captivant. Marcher dans Poudlard toute la nuit et s’user les pattes pour une bande de délinquants incapable de respecter le règlement, c’est d’un lourdingue. En plus il ne se passerait rien du tout cette nuit, c’est sûr, tout le monde doit dormir. Au moment où elle pendait ça avec mauvaise humeur, elle entendit un grand fracas, comme quelque chose qui se brise, à quelques couloirs d’elle, et se mit à courir pour essayer d’attraper l’élève sur le fait. Elle arriva et pila devant une armure écroulée, se mit à pester, et tourna la tête pour essayer de voir quelque chose, illuminant un peu le bout de sa baguette pour s’éclairer partiellement. La statue de la sorcière borgne qui menait à Pré-au-Lard – merci tonton Potter pour l’information – et non loin une silhouette qui s’approchait. Avant que Lucy n’ait le temps de lever sa baguette, un sortilège la lui arracha des mains, et l’autre personne s’approcha pendant que la préfète en chef fronçait les sourcils, mécontente. Ah, alors comme ça on se permet d’arracher sa baguette à un préfet en fonction ? Alors qu’elle allait répondre sans acrimonie à la question agressive, une lumière jaillit de la baguette de la seconde personne, et Lucy ravala ses sarcasmes. Harpie *__*. La prof s’excusa d’un air gêné, lui tendit sa baguette que la préfète récupéra avec le sourire.

« Oui, je l’ai entendu aussi … C’est cette armure qui est tombée, mais je n’ai trouvé personne en arrivant sur les lieux. Et vous, professeur ? »

A brûle-pourpoint, la Harpie lui posa une nouvelle question, à savoir si elle était en patrouille. Euh oui, effectivement. Un mouvement à droite attira son attention, mais ce n’était que leur reflet dans un miroir et … Oh tiens, Lucy portait le tee-shirt des Harpies que la prof avait refusé de signer le matin même. Hrm, c’est assez gênant ça. Et puis tant pis, Lucy est fan des Harpies, elle porte en tee-shirt des Harpies et il y a un badge des Harpies sur son sac, c’est parfaitement normal, point à la ligne.

« Euh, oui, je suis de ronde, professeur. »

Et dire qu’elle était à quelques centimètres de l’ancienne Gardienne des Harpies, quel rêve. Pour ne pas gêner son professeur, Lucy empêcha son regard de glisser vers sa jambe blessée, le gardant dans les yeux du professeur. Comme tout fan qui se respecte, la Gryffondor savait que miss Callaway avait été blessée à la jambe durant son dernier match et qu’elle ne pourrait peut-être plus jamais remonter sur un balai, et ce ne serait pas un comportement de fan de le lui rappeler. Tiens, vu qu’elle s’installait à Poudlard en tant que professeur de substitution, pour quoi ne pas l’interroger dessus …

« Votre installation se passe bien ? Si vous avez besoin d’aide, je peux vous donner un petit coup de main, si vous voulez. »

Comme elle est gentille cette Lucy x).
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: VEILLÉE NOCTURNE ◈ jules l. callaway & lucy c. weasley   Sam 30 Juil - 16:04


“ veillée nocturne
avec une de ses fans, la préfète en chef Lucy Weasley

Ces derniers temps, j'avais laissé mon instinct diurne de côté et j'avais l'habitude de faire des promenades nocturnes. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Enfin, si je me doute de la raison de ce soudain désir du noir, mais je préfère l'ignorer. En tout cas, ce soir, comme à mon habitude j'étais levée pendant la nuit, et même si pendant un moment on aurait pu avoir l'impression que j'avais dormi, ce n'était pas le cas, j'avais seulement somnolé ; voilà pourquoi le fracas qui avait retenté dans les couloirs m'avaient directement attiré dehors. Je n'étais vêtue que de vêtements moldus, et seule ma cape rappelait que j'étais une sorcière. Il faisait légèrement froid et quand je courus dans les couloirs, je ne pus m'empêcher de crier ou plutôt gémir de souffrance en raison de ma jambe meurtrie.

Dans tous les cas, en me trouvant là, en face d'une de mes élèves, je ne pus m'empêcher de réprimer ma colère. J'avais couru à m'en déboiter la hanche pour finalement ne pas réussir à attraper la personne qui avait fait ce vacarme. Je soupirais, serrant ma baguette fortement dans ma main droite et tendant toujours celle de Lucy à sa destinataire. Elle l'attrapa rapidement et machinalement tout en me souriant. C'était une gentille fille cette Lucy, mais la veille j'avais passé une nuit abominable et je n'avais pas réussi à fermer l'oeil, c'est pourquoi quand ce matin elle était venue me réclamer un autographe, je l'avais fait partir méchamment alors que ce n'était pas du tout mon genre. Dans tous les cas l'observant me sourire, elle prit la parole “Oui, je l’ai entendu aussi … C’est cette armure qui est tombée, mais je n’ai trouvé personne en arrivant sur les lieux. Et vous, professeur ?” “Non je n'ai trouvé personne, et d'ailleurs ça m'enrage encore un peu plus parce que j'ai horriblement mal à ma jambe maintenant. M'enfin, vous vous en fichez sûrement de cela.” Je lui souris. Lucy, aimable comme elle était, n'avait pas besoin d'entendre mes jérémiade ni ma misérable vie. Légèrement gênée, je ne savais pas vraiment où engager la conversation, mais pleine de bonne volonté, la petite Gryffondor s'efforça de maintenir notre échange. “Votre installation se passe bien ? Si vous avez besoin d’aide, je peux vous donner un petit coup de main, si vous voulez.” Pleine de bonne volonté, c'est ce que je vous disais, il faudrait la récompenser cette élève, elle se dévouait corps et âme à son rôle et n'en gagnait pas grand chose. J'en toucherai sûrement un mot au professeur McGonagall. Je lui répondis après une petite réflexion “Hum. A vrai dire, j'ai fini de tout déballer aujourd'hui, mais merci à vous de m'avoir proposé votre aide, c'est très généreux. Par contre, si vous voulez, je veux bien vous tenir compagnie pendant votre ronde parce que je suis bien placée pour comprendre à quel point c'est ennuyant.” Voyant qu'elle semblait légèrement étonnée, je poursuivis “Oui parce que même si j'ai fait mes études à Beauxbâtons, l'école a aussi un système semblable au vôtre de préfet. Nous, se sont ce qu'on appelle des délégués, ils font également des rondes la nuit pour veiller à ce qu'aucun élève ne sorte de leur lit, ni aille jeter de la bouillabaisse dans les toilettes.” Je lui souris et me postai à côté d'elle, posai ma main sur son épaule et la poussai doucement pour lui dire de faire quelque pas avec moi. “Si vous voulez, je vous raconterai les pires soirées que j'ai vécu en tant que délégué et vous me partagerez vos expériences. Mais gardons tout de même un oeil sur les couloirs, on peut toujours attraper le mystérieux élève qui a renversé cette armure.” Je lui souris. J'avais envie d'être un peu gentille en cette nuit froide et noire. Après tout, je ne lui avais pas fait de cadeaux ce matin, c'était l'occasion de me faire pardonner. “Je pense qu'on ferait mieux de marcher dans le noir pour ne pas réveiller les portraits. Nox Je marchai doucement, légèrement pensive en m'appuyant au mur lorsque la douleur de ma jambe était trop intense.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: VEILLÉE NOCTURNE ◈ jules l. callaway & lucy c. weasley   Jeu 11 Aoû - 14:31



(c) Pit || Le Royaume des Chats - Kaze ni Naru

La prof avait vraiment l’air gênée. Ca se comprend, elle pensait attraper un élève fautif et était tombée sur la préfète en chef qui arrivait de l’autre côté. Ce ne devait pas trop aider à être de bonne humeur, surtout qu’elle lui avait chipé sa baguette avant de la lui rendre en s’excusant. Bah, on fait tous notre travail et puis voilà. Lucy aussi était assez gênée, vu qu’elle avait failli incriminer assez méchamment celui qui lui avait pris sa baguette des mains, avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’un professeur. D’une ancienne Harpie de Holyhead aussi, équipe préférée de la rouquine qui portait d’ailleurs le tee-shirt collector qu’elle avait acheté il y a trois ans. D’un ton fatigué, la prof lui dit qu’elle avait entendu un bruit, et Lucy lui répondit poliment qu’il provenait d’une armure qui était tombée et qu’elle n’avait pas attrapé le coupable. L’adulte enchaîna en disant qu’elle ne l’avait pas attrapé non plus, et que ça l’enrageait parce qu’elle avait encore plus mal à la jambe. Mais aussi que Lucy devait sûrement s’en ficher, ce à quoi la préfète ne put retenir une réponse spontanée et irréfléchie.

« Mais pas du tout, professeur. »

Comme elle est gentille cette Lucy, une vraie petite Weasley. Sentant que la conversation s’arrêtait et que la prof était toujours aussi gênée, la rouquine relança la conversation en lui demandant si elle s’installait bien et si elle n’avait pas besoin d’aide pour tout ranger. Ou pour remettre en état la salle de classe poussiéreuse, ou aller chercher des papiers, ou que sais-je encore. Lucy elle est préfète en chef, elle fait son travail, et elle aide ceux qui le lui demandent. Brave petite. Après un temps de réflexion, l’institutrice déclina poliment sa proposition, en lui disant qu’elle avait tout déballé aujourd’hui et qu’elle était très généreuse. Euh, merci. Puis, à la surprise de Lucy, qui s’attendait à ce que sa supérieure ne lui souhaite une bonne patrouille pour repartir à ses occupations, elle lui proposa de lui tenir compagnie en patrouillant avec elle. Son étonnement dut être visible, car elle lui expliqua d’un même mouvement qu’elle avait été préfète – pardon, déléguée – à Beauxbâtons. Ca, c’était une chose que les journaux n’avaient pas relaté, tiens.

« Vous avez été préfète, professeur ? Par rapport à Poudlard, vous étiez dans quelle maison ? »

Sous l’impulsion de son professeur, Lucy se mit en marche en esquissant un sourire chaleureux et engageant. C’est vrai que patrouiller seul n’est jamais très rigolo en fait. Et là, elle allait patrouiller avec une ancienne Harpie … La classe, quand elle dirait ça à Roxanne, sa cousine allait s’en mordre les doigts et hurler de dépit dans la salle commune. Faire son sketch de pauvre enfant éplorée et battue comme elle savait si bien le faire, quoi ! Bref, elle marchait d’un pas tranquille, ralentissant subtilement quand son professeur s’appuyait au mur pour soulager la douleur de sa jambe. Lucy lui aurait bien proposé de servir de béquille, mais son professeur n’aurait sans doute pas apprécié qu’on la prenne en pitié, ou quelque chose du genre. La préfète en chef se contentait donc de ralentir en attendant que son professeur recommence à marcher. Eteignant la lumière pour ne pas réveiller les tableaux, elle lui proposa de lui raconter ses souvenirs de préfète, ce qui fit sourire la rouquine. Surtout que sa prof l’invitait à raconter elle aussi ses pires souvenirs … Réfléchissant un court instant, la rouquine se jeta la première à l’eau, tenant toujours sa baguette en main pour le cas où un élève se pointerait à l’angle du couloir.

« Ma pire journée de préfète, c’était l’an dernier. Un vendredi treize, comme par hasard. Il y avait un match Gryffondor/Serpentard prévu, les deux équipes n’arrêtaient pas de se faire des crasses dans les couloirs. Peeves m’a balancé un seau d’eau en pleine tête, j’ai passé ma journée à accompagner des gens à l’infirmerie à cause de la rivalité inter-maisons, j’ai failli tomber des escaliers qui ont brusquement décidé de bouger quand je changeais de plate-forme, j’ai patrouillé dans le parc toute la nuit, et j’ai attrapé une bronchite parce qu’il faisait très froid et que je n’étais pas assez couverte. Maintenant, le vendredi treize, je ne patrouille plus. »

Elle esquissa un léger sourire amusé, sans montrer qu’elle était carrément terrorisée par le vendredi treize. Chaque grosse crasse qui lui arrivait tombait un vendredi treize. Elle en venait à tomber dans la paranoïa, et ce jour maudit, elle ne restait jamais seule. Avec Shay, avec Callie, avec Roxanne, avec Cléo … Jamais seule. Sait-on jamais, qu’un truc lui tombe sur le coin de la tête alors qu’elle s’éloigne deux minutes … Elle réprima un frisson glacé et se tourna vers son professeur, embrayant rapidement avant qu’on ne lui pose des questions. Avouer qu’elle avait peur d’un truc irrationnel la rendrait, en son sens, plus ridicule qu’elle ne l’était pendant ces fameux jours.

« C’est bien de voir que les Hippochoris ont été bien intégrés au sein de l’école. Evidemment, il y a toujours quelques réfractaires qui s’accrochent à l’ancien régime, la pureté du sang et toutes ces bêtises, mais dans l’ensemble tout le monde a accepté de les aider à retrouver la voie de la magie. Je n’ai pas encore eu de cours commun avec eux, j’attends ça avec impatience. »

Nouveau sourire. Du coin de l’œil, plus ou moins discrètement, Lucy surveillait son professeur pour le cas où sa jambe lâcherait. Qu’elle n’aille pas s’écrouler au sol, déjà qu’elle semblait avoir du mal à marcher …
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: VEILLÉE NOCTURNE ◈ jules l. callaway & lucy c. weasley   Mar 23 Aoû - 9:48



Jules L. Callaway
Lucy C. Weasley
« veillée nocturne »
sweet.heart & tumblr

Jules n'était pas là depuis bien longtemps. Elle n'avait pas encore eu le temps de prendre ses marques dans ce grand château qu'elle n'a jamais vraiment fréquenté durant sa scolarité. Toutefois, elle savait de réputation qu'elle se sentirait rapidement chez elle ici, mais elle ne se doutait pas que cela arriverait dans sa première semaine à Poudlard. Elle connaissait presque tous les recoins de l'école, la plupart des passages secrets et même si elle n'avait pas été nommée pour ça -pour ses débuts- elle s'apprêtait à faire une ronde avec une élève tout à fait sympathique qu'elle avait méchamment envoyée dans les roses. Après tout, le destin avait bien fait les choses, même si l'élève qui avait fait la bêtise s'était enfui, Jules avait l'occasion de se faire pardonner auprès de son élève.

Lorsqu'elle fit part de sa douleur à la jambe à son interlocutrice, Jules ne se doutait pas qu'elle se trahirait un peu quant à sa faiblesse. Malgré cela, Lucy se trouva être très compréhensive “Mais pas du tout, professeur”. Jules lui sourit alors et elles discutèrent encore quelques instants sur place avant de s'engager toutes deux dans une allée sombre du château. Jules avait éteint sa baguette pour éviter de déranger les portraits qui dormaient -parce que oui, les portraits de l'école dorment bien- et elle s'était permis de partager avec son élève ses souvenirs scolaires. Elle avait laissé échapper qu'elle-même avait été une sorte de préfète quand elle était plus jeune. En effet, admirée par ses professeurs qui ne doutaient jamais de son talent, Jules avait su démontrer sa maîtrise de la magie et son instinct serviable et autoritaire. Elle s'était avérée être la meilleure élève de sa promotion et avait même reçu un insigne et une médaille pour cela. Sa scolarité était l'un des meilleurs souvenirs de sa vie ... “Vous avez été préfète, professeur ? Par rapport à Poudlard, vous étiez dans quelle maison ?” Jules réfléchit quelques instants puis finit par répondre “A vrai dire, Lucy -vous permettez que je vous appelle par votre prénom mademoiselle Weasley ?- je ne saurais me situer par rapport à Poudlard car l'administration de l'école à Beauxbâtons est assez différente et j'y étais moi-même un peu perdue. Mais oui, j'ai été comme une préfète, on appelait ça des délégués. J'ai tenu ce rôle durant trois ans. Les élèves étaient abominables avec moi, ils ne m'aimaient pas, mais heureusement j'avais mes amis pour me soutenir ...” Elle sourit avant de reprendre “... de toute façon tu dois bien me comprendre, certains élèves t'évitent quand tu es gradé et que tu as quelques privilèges sur eux. Ils ont, comme qui dirait, peur des tyrans !” Jules laissa échapper un petit rire amusé.

La douleur procurée par la jambe de Jules était lancinante. Elle ne savait plus comment se tenir. Elle s'adossa donc quelques instants au mur, sortit de sa robe de sorcier un petit flacon de nacre rouge qui semblait opaque et elle en but une gorgée. C'était sa petite potion, une potion qu'elle avait préparée elle-même pour apaiser la douleur de sa jambe. Cela marchait, mais jamais très longtemps, donc elle se promenait toujours avec une fiole ou un flacon dans sa poche. Soupirant, elle reprit une marche normale en ne sentant plus que quelques picotements dans sa jambe meurtrie.

Jules avait la baguette abaissée mais elle était aux aboies, toujours prête à répliquer si quelqu'un se présentait devant elle. Elle marchait maintenant à une vitesse un peu plus habituelle. Ayant généreusement proposé à Lucy de lui raconter ses mésaventures en tant que préfète, elle demanda à son interlocutrice d'en faire de même ; et se jetant à l'eau, c'est ce que fit Lucy. “Ma pire journée de préfète, c’était l’an dernier. Un vendredi treize, comme par hasard. Il y avait un match Gryffondor/Serpentard prévu, les deux équipes n’arrêtaient pas de se faire des crasses dans les couloirs. Peeves m’a balancé un seau d’eau en pleine tête, j’ai passé ma journée à accompagner des gens à l’infirmerie à cause de la rivalité inter-maisons, j’ai failli tomber des escaliers qui ont brusquement décidé de bouger quand je changeais de plate-forme, j’ai patrouillé dans le parc toute la nuit, et j’ai attrapé une bronchite parce qu’il faisait très froid et que je n’étais pas assez couverte. Maintenant, le vendredi treize, je ne patrouille plus.” Lucy fit alors prise d'un petit frisson, et Jules était plutôt amusée.

Elle perçut un petit mouvement qui provenait de son interlocutrice ; en effet, cette dernière s'était tournée vers elle, s'engageant sur un tout autre sujet pour faire oublier à Jules ce qu'elle venait de lui raconter. Du coup, ne voulant pas gêner son élève, mais malgré tout vexée de ne pas avoir pu réagir sur cette petite anecdote, Jules écouta attentivement Lucy. “C’est bien de voir que les Hippochoris ont été bien intégrés au sein de l’école. Évidemment, il y a toujours quelques réfractaires qui s’accrochent à l’ancien régime, la pureté du sang et toutes ces bêtises, mais dans l’ensemble tout le monde a accepté de les aider à retrouver la voie de la magie. Je n’ai pas encore eu de cours commun avec eux, j’attends ça avec impatience.” Le silence s'installa. Jules était pensive, elle finit par dire “Oh ! Cela ne va sans doute pas tarder. Les élèves doivent juste assimiler encore ce nouveau mode de vie, mais sinon, tu les auras bientôt sur le dos ...” Jules fit une pause, sourit à son interlocutrice qui ne devait sûrement pas le remarquer parce qu'elles étaient plongées dans l'obscurité et reprit “... En attendant, tu as bien assez à faire en les défendant dans les couloirs non ? J'ai d'ailleurs entendu dire qu'un groupe de Serpentard avait déjà tenté d'en agresser un.” Jules était vraiment peinée par la tournure que pouvait prendre cette révolution scolaire. Elle n'aimait pas la guerre, les batailles, les rivalités. Elle était plutôt pacifiste.

Puis marchant tranquillement le long du couloir, elles se retrouvèrent toutes les deux à un carrefour. Décidant donc de prendre la bifurcation de droite, Lucy Weasley suivit Jules. Elles arrivèrent dans un couloir qui était éclairée par des flambeaux magiques qui s'allumaient au passage d'une personne. Ce feu et ces lumières rappelèrent alors à Jules un souvenir de son enfance qu'elle décida de raconter immédiatement à Lucy. “Tiens d'ailleurs. Tu vois ces flambeaux ? Ils me rappellent un mauvais souvenir de mon époque à Beauxbâtons ... J'étais de garde cette nuit là, et marchais tranquillement dans les couloirs. J'étais seule parce que c'était pendant les vacances de Noël et j'avais décidé de rester là parce que mes parents étaient partis en Égypte pour leur travail. Dans tous les cas, à mon passage, des flambeaux qui ressemblaient à ceux-ci s'allumèrent. J'avançai donc tranquillement, sans avoir peur qu'il ne m'arrive quelque chose. C'est sans se douter que nous étions la nuit de Noël et que là-bas, à Beauxbâtons, les gens sont très croyants et pensent vraiment que ce sont des elfes qui apportent des cadeaux, donc la directrice retire tous les sortilèges qui entourent l'établissement cette nuit là ; et elle avait omis de me le dire. Donc dans un sursaut, toutes les lumières s'éteignirent et dans mon étonnement je lâchai ma baguette sur le sol. Tâtonnant pour la retrouver, je n'y arrivai pas et avançai à quatre pattes sur le sol. Et quelque chose arriva dans ma direction -je ne savais pas ce que c'était et je crois que je ne le saurai jamais- et dans sa précipitation, la personne, la créature ou je ne sais quoi me bouscula dans un placard qui se fermait automatiquement à clef. Résultat, j'ai passé le réveillon, la nuit et la journée de Noël dans un placard, sans ma baguette et avec seulement quelques friandises pour me nourrir. Le pire Noël de ma vie.” Jules soupira, c'était un souvenir assez douloureux, mais qui l'amusait quand même un petit peu. Elle sourit et marcha en levant ses mains pour toucher la tige d'un des flambeaux qui se trouvait accrocher au mur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: VEILLÉE NOCTURNE ◈ jules l. callaway & lucy c. weasley   Mer 21 Sep - 13:59

Lucy patrouillait avec son professeur. Non, mais, elle patrouillait avec son professeur. Ca, en deux ans de travail de préfet, c’était la première fois que ça lui arrivait, un professeur qui patrouillait avec elle en papotant joyeusement. Enfin, cordialement plutôt, pas joyeusement. La prof était fort sympathique et elle plaisait beaucoup à la préfète en chef. Elle savait par expérience que quand elle rentrerait dans sa salle commune, Aaron l’attendrait bien gaiment au coin du feu, soit plongé dans un bouquin moldu de science-fiction, soit en train de roupiller avec Emma – son chat – sur ses genoux. Puis après il piaillerait comme un gamin pour qu’elle lui raconte sa patrouille, sans tenir compte de si elle est fatiguée ou pas. Vilain personnage XD. M’enfin bon. Les deux femmes commencèrent à marcher dans les couloirs, prenant la direction par laquelle Lucy était arrivée, tout en discutant cordialement de leurs passés de préfètes, miss Callaway lui expliquant avec un sourire qu’elle avait été déléguée et que les élèves n’étaient pas très gentils avec elle. Ah ça, c’est le dur fardeau des gradés, dès qu’il y a un insigne, certains prennent peur et … Et miss Callaway abonda dans son sens, lui arrachant un sourire amusé vu que la prof venait de dire exactement ce qu’elle pensait.

« C’est vrai, certains ne sont pas très agréables à cause de l’insigne. Mais bon, ils ne sont heureusement pas tous comme ça ! Moi-même, on me trouve assez exaspérante avec ma manie de faire respecter le règlement, mais si j’ai été nommé préfète en chef, c’est bien pour ça non, pas pour être coulante avec les gens qui se baladent dans les couloirs après le couvre-feu … Et, oui professeur, vous pouvez m’appeler Lucy, évidemment ! »

Le rythme se ralentit, s’arrêta, le temps que la prof s’appuie contre un mur pour sortir une fiole de nacre rouge de sa poche pour boire cul sec son contenu sous le regard de Lucy, qui ne ferait aucun commentaire. Elle est gentille Lucy, elle n’embête pas les gens qui ont mal. Elle aiderait son professeur seulement si elle le lui demandait, ou si elle sentait que vraiment elle ne pourrait pas faire un pas de plus sans aide et que sa fierté l’empêcherait de demander. Tout comme elle aidait naturellement Aaron quand sa main se mettait à trembler et qu’elle posait sa fine main sur la sienne. La marche reprit donc sans commentaire, quand le prof eut rangé son antidouleur dans sa poche, et Lucy remarqua enfin que sa prof l’avait tutoyée. C’était venu tout naturellement, comme pendant le banquet de début d’année où on leur avait annoncé la venue des Hippochoris à Poudlard, et elle n’avait pas réagi. Bah, de toute manière elle s’en fichait éperdument qu’on la tutoie, alors bon. Relançant la conversation qui tombait à l’eau, Lucy raconta à sa prof sa pire journée de préfète, ce vendredi treize absolument horrible où elle en avait bavé plus que de raison. Elle finit en grimaçant dans le noir, et peu désireuse d’être interrogée sur sa peur panique du vendredi treize, qu’elle n’arrivait même pas à dater elle-même, elle changea vite de sujet de conversation pour parler des Hippochoris.

« J’ai hâte de les avoir sur le dos, professeur. J’aime beaucoup aider les gens et me rendre utile pour les aider un tant soit peu à manipuler la magie me plairait beaucoup. »

Miss rouquine sourit dans l’obscurité, comprenant sans peine que son professeur lui lançait une petite plaisanterie. Mais Lucy était vraiment impatiente d’avoir cours avec les Hippochoris. Elle voulait aider et était sincère, et vu qu’elle ne se sentait pas concernée par cette supériorité des sangs-purs, bien qu’elle en soit une, elle voulait prouver que les cracmols pouvaient devenir sorciers. Si les nés-moldus acquéraient la magie, pourquoi les cracmols ne pourraient pas la récupérer ? Les théories fumeuses selon quoi les nés-moldus volaient la magie des cracmols trop faibles pour se défendre la faisaient vomir. Comment pouvait-on sérieusement penser une chose pareille, enfin ? Le professeur Callaway abonda à nouveau en son sens, tirant un nouveau sourire invisible à Lucy.

« Oui, je mets un point d’honneur à les traiter comme tout un chacun, comme n’importe quel élève de cette école. Pour le moment je ferme les yeux quand j’en croise un dans les couloirs du château après le couvre-feu vu qu’ils viennent d’arriver, mais à partir de Janvier, ils seront soumis au même régime que les autres, perte de points et punitions en cas d’infraction. »

Lucy croisa ses mains dans son dos, pensive, gardant sa baguette dans ses doigts fins.

« Oui, j’ai entendu dire que des Serpentard jouaient les pro sangs-purs dans un coin. J’ai une amie à Serpentard, Shay Ackerley, je lui demanderai ce qu’il en est réellement. Pour ce qui est de la défense des Hippochoris, vous pouvez compter sur les préfets de Gryffondor, Callie et moi patrouillons régulièrement devant leur salle commune pour éviter les mauvaises surprises. On en a eu. Quelqu’un a essayé de casser le bassin, on a essayé de verser de l’encre dedans, il y avait des immondices devant la porte … Mais quels cons. Oh, euh, excusez-moi, professeur. »

Lucy esquissa un sourire un peu gêné face à sa grossièreté non contrôlée, et elle tourna la tête vers son prof. Elle tournait à droite, et Lucy la suivit sans se poser de question. Levant les yeux vers un flambeau allumé et diffusant une faible lueur, la prof esquissa un sourire et le lui montra en lui racontant un de ses souvenirs de Beauxbâtons où elle s’était retrouvée enfermée dans un placard parce que la directrice avait enlevé tous les sortilèges entourant l’école. Si cela fit sourire Lucy, imaginant sans peine la scène vu qu’elle aurait agi pareillement, elle tiqua et cessa de sourire, tournant la tête vers le prof, les yeux plissés en signe d’interrogation.

« La directrice a enlevé les sortilèges de protection de l’école ? Ce n’est pas dangereux ? Sans vouloir vous manquer de respect si vous êtes croyante, professeur, je suis agnostique tirant vers l’athéisme, donc l’idée qu’on puisse enlever tous les sortilèges de protection la nuit de Noël me semble … Eh bien, dangereux et malvenu, n’importe quel groupuscule malintentionné aurait pu lancer une attaque sur l'école à ce moment-là et l’asservir en quelques minutes … »

Lucy, ou le rationalisme sur l’imaginaire XD.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: VEILLÉE NOCTURNE ◈ jules l. callaway & lucy c. weasley   

Revenir en haut Aller en bas
 

VEILLÉE NOCTURNE ◈ jules l. callaway & lucy c. weasley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Adieu monde cruel ! :: Corbeille :: RP archivés-