AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 A l'aube d'un nouveau jour ◈ callie & luke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Callie L. Walden
gryffondor ◈ courage, force et hardiesse


✔ date d'inscription : 26/12/2010
✔ prénom/pseudo : Elodie & Shakespearette
✔ âge : 23
✔ nombre de messages : 1068
✔ avatar : Amy Adams
✔ copyright : © hexactic
ϟ âge : seize ans
ϟ sang :
  • sang mêlé
ϟ maison : Gryffondor
ϟ baguette : bois d'aubépine, plume de phénix, 22,7cm
ϟ grade particulier : préfète
ϟ appartenance aux clubs : fondatrice de l'Armée pour l'égalité
ϟ patronus : un somptueux phénix
ϟ épouvantard : le professeur trelawney annonçant la prophétie que Callie connaissait maintenant par coeur


lumos
♣ relationships:

MessageSujet: A l'aube d'un nouveau jour ◈ callie & luke   Mer 10 Aoû - 19:47


A l'aube d'un nouveau jour

Participants au rp ◈ Callie L. Walden & Luke G. Fenwick
Cadre spatial de l'action ◈ Tour d'astronomie, tout près de la rambarde
Cadre temporel de l'action ◈ après l'une des gardes de Callie, vers six-sept heures du matin, au moment du levée de soleil, un mercredi matin
Statut du sujet ◈ en cours



Poudlard a toujours été un château gigantesque à la splendeur inégalable -malgré la vieillesse des bâtiments- et à la vue imprenable. Toutefois, après la seconde guerre des sorciers, et notamment la bataille de Poudlard, les bâtiments ont été réduits à l'état de brique, en miette, en poussière … Beaucoup de mois de travail ont dû été fournis pour remettre sur pied tout ce château car seuls les fondations avaient plus ou moins tenus. Pendant que certains avaient renforcé les charpentes et les murs porteurs, d'autres avaient refait les murs manquants tout en gardant l'authenticité des lieux. Heureusement que l'on était dans le monde magique parce que si en ces lieux, le travail avait pris quelques mois, dans le monde moldu, tout cela aurait pu prendre des années et les élèves auraient manqué leur rentrée pendant bien longtemps … Dans tous les cas, on pouvait dire qu'ils avaient fait du bon travail, la finition était parfaite, les couloirs étaient chaleureux -même s'il y faisait toujours un froid de canard- et le sol était assurément dur.

Callie marchait d'un pas lent dans ces couloirs sombres en admirant les lieux. Sa baguette pointée vers le bas dans la lueur de son sortilège, elle évitait de réveiller les portraits qui dormaient encore alors qu'elle faisait le deuxième tour de ronde. Le rôle de préfet n'était vraiment pas simple, plusieurs fois par semaine, ces derniers avaient pour rôle de faire régner le silence dans les couloirs pendant la nuit. Il y avait une garde en début de nuit, juste après le couvre-feu jusqu'à minuit et demi, une heure du matin, et une nouvelle vers le petit matin, aux environs de cinq heures, six heures du matin. Aujourd'hui Callie était d'assez bonne humeur. Elle avait veillé à dormir assez tôt la veille, mais le noir complet des lieux lui donnaient malgré tout envie de bailler, ce qu'elle fit. Elle n'entendait aucun bruit suspect, tout le monde semblait encore dormir, du coup elle marcha encore un peu prenant un temps fou pour choisir l'intersection qu'elle prendrait à chaque fois. Elle était au septième étage, et rôdait depuis tout à l'heure aux environs des tours de Serdaigle, Gryffondor et Hippochoris dont les entrées se trouvaient à cet étage …

Puis quelques instants plus tard, les premiers bruits se firent entendre ; les plus matinaux sûrement commençaient à sortir de leur lit et à se diriger vers les douches -lieu où Callie était passée un peu plus tôt alors que l'eau était encore gelée- et faisaient le moins de bruit possible. Callie regarda sa montre magique, elle lui indiquait qu'il était six heures et demi, sa garde s'arrêtait donc là, car les professeurs prendraient le relais dans peu de temps. Très matinale et pleine de bonne volonté, Callie éteignit donc sa baguette dans un murmure “Nox” et prit une direction avec assurance et détermination. Elle savait exactement où elle voulait aller, et par où il fallait qu'elle y aille. Marchant rapidement, elle s'arrêta quelques secondes au pied d'une tour puis commença son ascension sans grande difficulté. Les marches étaient interminables, mais déjà, elle arrivait au sommet, et lorsqu'elle s'y trouva, elle resta quelques instants sur la dernière marche de l'escalier en colimaçon et regarda le début d'horizon qui se dessinait devant elle. La nuit et l'ombre recouvraient encore les environs, mais elle savait que dans très peu de temps la lumière envahirait les lieux.

C'était le mois d'octobre et la chaleur avait quitté les lieux mais Callie avait pris soin de bien se couvrir avec sa cape, une écharpe et des bottes remontant jusqu'au deux tiers des mollets. Rangeant sa baguette, Callie s'avança jusqu'au niveau de la rambarde, s'assit et laissa glisser ses deux jambes de l'autre côté de la rambarde par le trou qui était laissé par les barres de métal. Elle aimait cette sensation, ses jambes étaient dans le vide complet, mais elle savait qu'elle ne risquerait rien ici, enfin pour l'instant ! Elle admirait les lieux d'un œil rêveur et pensif. Elle réfléchissait à la prophétie, et profitait de la beauté qui s'offrait à elle dans la plus haute tour du bâtiment. Cette tour était son endroit préféré. Dès qu'elle avait une garde matinale, elle finissait toujours par se rendre ici, seule pour profiter des lieux. Elle y était sereine, dans un silence complet, tout était si calme et paisible. Mais elle savait que dans quelques temps cela ne serait plus pareil. Si James, Aphrodite, l'Ordre ou même elle ne trouvaient pas le moyen d'empêcher la prophétie avant qu'elle ne se réalise, les malheurs allaient retomber sur le monde des sorciers et ce lieu ne serait plus jamais le même.

Pensive mais malgré tout à l'écoute, Callie entendit parfaitement les bruits de pas qui s'approchaient peu à peu dans une escalade fatigante de la tour. Elle glissa donc sa main dans sa robe pour attraper sa baguette car après tout, on ne savait pas qui c'était et si c'était un Serpentard, on pouvait s'attendre à tout. Elle resta donc immobile, retenant son souffle et attendant l'arrivée de son futur interlocuteur.
_________________


    UNTIL THE VERY END ♠ “Tels Harry, Ron et Hermione, nous serons tous les trois à jamais liés par une amitié sans faille grâce à laquelle nous survivrons à toute la noirceur et les horreurs de la vie„ Callie L. Walden à ses meilleurs amis James S. Potter & D. Aphrodite Weasley

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour ◈ callie & luke   Jeu 11 Aoû - 18:20

Luke avait toujours aimé se lever tôt. Tout petit déjà, il se levait aux aurores et jouait sagement dans sa chambre, profitant de ce moment si particulier entre chien et loup. En se levant si tôt, profitant de la maison endormie, il avait l’impression que le monde entier lui appartenait, et d’aussi loin qu’il s’en souvenait, c’était une sensation qu’il avait toujours aimé. Pas qu’il ait des accès de mégalomanie, mais être le Maître du monde, ne serait-ce que ces quelques secondes où le monde était silencieux, était particulièrement grisant.
Il avait gardé cette habitude à Poudlard, du moins, les nuits où il n’observait pas les étoiles, accoudé à la fenêtre de sa chambre. Parce qu’évidemment, veillée nocturne et lever aux aurores faisait rarement bon ménage. Et s’il aimait cette sensation d’être le seul debout du château, il préférait encore potasser grandeur nature ses cours d’astronomie : du coup, il était assez rare qu’il se lève avant l’aube. Heureusement pour lui, Luke n’avait jamais été un gros dormeur, aussi pouvait-il veiller le soir sans que cela influe sur son travail scolaire. Mais bizarrement, cette nuit, après s’être couché, il avait eu du mal à trouver le sommeil, aussi c’est un jeune garçon fatigué qui avait ouvert les yeux alors que Poudlard commençait juste à s’éveiller. Baillant à s’en décrocher la mâchoire, Luke avait réfléchi aux options qui s’offraient à lui, et conclut qu’un réveil si matinal était sans doute l’occasion de renouer un peu avec la splendeur du château au petit matin : il connaissait l’endroit idéal pour cela, la tour d’astronomie.
Le point le plus haut de l’école. Si le Serdaigle en profitait plutôt la nuit, pour observer le ciel, il savait que l’accès n’était pas barré le matin, et que la vue devait, sans conteste, être la plus jolie de l’école. Enfin, à moins de chevaucher un sombral, un hippogriffe… ou d’avoir des ailes, aussi.

Enfilant un jean, un chaud pull en laine tricoté par sa mère et sa robe de sorcier, il prit au passage ses gants et son écharpe avant de se glisser hors du dortoir. Même si nous étions en octobre, et que les grosses gelées n’avaient pas encore pointé leur nez, il faisait particulièrement frisquet le matin, et Luke préférait éviter de chopper quelque chose. L’infirmière de l’école pouvait sans doute arranger les rhumes, mais le jeune garçon n’était pas fan des oreilles qui fument.
Il était encore très tôt, et ses camarades commençaient seulement à errer en pyjama dans la salle commune quand Luke sortit de la tour des Serdaigles. Il connaissait le chemin presque par cœur, et n’hésita qu’un bref instant avant d’entamer l’ascension de la tour, réprimant un long bâillement. Au moins, la montée des marches le réveillerait.

Alors qu’il arrivait péniblement au sommet, il remisa ses gants dans la poche arrière de son jean : il avait laissé sa cape dans le dortoir. Heureusement qu’il était chaudement habillé, finalement ; quoique l’ascension lui eut donné un peu chaud. Arrivé en haut, Luke s’assura que ses gants ne risquaient pas de se faire la malle, et se retourna ensuite pour tomber face à face avec Callie Walden, qui avait glissé la main sous sa cape, sans doute prête à saisir sa baguette. Un peu interloqué de la retrouver ici, il fallut au Serdaigle un bref moment avant de se ressaisir et de lancer, d’un ton qu’il s’efforça d’être tout sauf agressif.


-J’ai autant le droit que toi d’être ici.

Oui, c’était plus fort que lui, chaque fois qu’il croisait la préfète, il lui semblait avoir quelque chose à se reprocher. Alors, pour devancer toute accusation, il préférait se défendre d’abord. Il remarqua que la jeune fille s’était confortablement installé, et se demanda s’il ne valait mieux pas qu’il redescende. Mais outre le fait que fuir Callie comme la peste aurait pu sembler suspect, il n’avait pas très envie de se retaper toute la descente sans même avoir pu profiter de la vue. Les ombres de la nuit se retiraient peu à peu, et le spectacle promettait d’être une vraie merveille.
La seule ombre au tableau, c’était la préfète, et donc tant pis pour le trip « je suis le Maître du monde ». S’approchant de la rambarde avec un air de défi, au cas où la Gryffondor trouverait quelque chose à redire sur sa façon de s’incruster, sa présence ici ou tout autre futile prétexte (comme sa tenue un peu débraillée), il posa ses coudes sur la rambarde, à côté de la jeune fille, avant de laisser ses yeux clairs se perdre dans le paysage grandiose.

Est-ce qu’il aurait du tourner les talons ? Il en voulait toujours à la préfète de lui avoir fait la morale, comme s’il n’était qu’un gamin stupide qui ignorait comment se comporter. Luke était un gentil garçon, mais il pouvait être rancunier quand il le voulait, et détestait être rabaissé, comme il en avait eu l’impression. Que cette impression soit fausse ou non, d’ailleurs. Il ne lui avait pas posé la question, à vrai dire ! Mais Luke était un garçon curieux et, son naturel revenant au galop, il demanda.


-Tu avais peur que je sois qui ? Tu m’aurais vraiment lancé un sort ?

Ses yeux espiègles se posèrent sur son aînée, attendant sa réponse.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Callie L. Walden
gryffondor ◈ courage, force et hardiesse


✔ date d'inscription : 26/12/2010
✔ prénom/pseudo : Elodie & Shakespearette
✔ âge : 23
✔ nombre de messages : 1068
✔ avatar : Amy Adams
✔ copyright : © hexactic
ϟ âge : seize ans
ϟ sang :
  • sang mêlé
ϟ maison : Gryffondor
ϟ baguette : bois d'aubépine, plume de phénix, 22,7cm
ϟ grade particulier : préfète
ϟ appartenance aux clubs : fondatrice de l'Armée pour l'égalité
ϟ patronus : un somptueux phénix
ϟ épouvantard : le professeur trelawney annonçant la prophétie que Callie connaissait maintenant par coeur


lumos
♣ relationships:

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour ◈ callie & luke   Ven 12 Aoû - 11:04



Callie L. Walden« A l'aube d'un nouveau jour »
sweet.heart & tumblr

Callie a toujours été très proche de ses amis et aimait passer du temps avec eux, mais elle appréciait aussi de pouvoir profiter d'instants de silence, seule, à réfléchir à pleins de choses telles que sa scolarité, ses devoirs, ses droits, son avenir et tout ce qu'il en advenait. Elle était du genre à s'inquiéter pour un rien, mais aussi à surmonter cela très rapidement reprenant le courage qu'on lui donnait de droit à Gryffondor. C'est pourquoi, dès qu'elle en avait l'occasion elle venait chercher cet havre de paix dans la tour d'astronomie. Ce lieu était la plus haute tour qui surmontait l'école de sorcellerie ; lieu typique n'ayant pas survécu à la seconde guerre des sorciers, elle a été rebâtie par les soins de sorciers. Malgré tout, Callie qui avait lu tant de livres et avait vu tant de photographies de la tour avant sa destruction avait l'impression qu'elle n'avait pas changé d'un soupçon. Elle restait la même. Cette tour où Harry et le professeur Dumbledore étaient revenus un soir, ce même soir où le professeur Rogue avait tué le plus grand sorcier de tous les temps, cette même soirée où il y eut une bataille à Poudlard et où bon nombre de personnes s'étaient blessés. Ce lieu avait été le théâtre de tellement d'évènements horribles et dangereux et pourtant, on pouvait toujours y trouver le calme et la sérénité que l'on cherchait.

Dès son premier cours d'astronomie en première année, Callie s'était rendue compte que le lieu était parfait pour profiter de la vue imprenable qui s'étendait à perte de vue tout autour du château -on avait aussi une vue imprenable sur le ciel mais c'était différent-. Du coup, bravant le règlement et l'interdiction d'accès de la tour d'astronomie en dehors des cours, elle avait dès sa première année accédé aux lieux grâce à son intelligente et son ingéniosité. Elle avait passé des nuits entières et des matinées complètes à contempler les lieux sans jamais s'en lasser. Elle avait trouvé tant de réconfort quand elle en avait besoin. Elle s'était imaginé tant de choses quand elle ne sut plus quoi faire. Cette tour était vraiment son petit coin de repos, de sérénité, où elle pouvait se faire ses certitudes et vaincre ses craintes. Chaque année, elle y venait au moins une fois par mois et elle ne s'était encore jamais fait attraper ; et même si elle se doutait que le professeur McGonagall surveillait dans les moindres détails les mouvements de chacun de ses élèves, elle ne s'était encore jamais fait punir et maintenant elle profitait bien de sa situation de préfète qui lui permettait de se rendre partout pour veiller au bon fonctionnement de l'école.

Assise là, observant l'horizon, elle ne s'était jusqu'alors jamais fait surprise en ces lieux, seule. Voilà pourquoi elle avait été si étonnée d'entendre ces bruits de pas approcher du sommet de la tour. Elle était toujours assise, dos à l'escalier, la main sur sa baguette, veillant simplement grâce à son ouïe sur l'arrivée de son assaillant. Qui cela pouvait-il être ? Quand elle se rendit compte que la personne était toute proche d'elle avançant d'un pas nonchalent, Callie glissa lentement sa baguette hors de sa cape et s'apprêtait à lancer un sortilège informulé quand elle entendit une voix qu'elle connaissait plutôt bien.

J’ai autant le droit que toi d’être ici.

Elle tourna alors la tête et essaya de reglisser délicatement sa baguette dans sa cape sans que le petit garçon ne s'en aperçoive, mais elle savait que c'était loupé. Elle ne voyait pas grand chose car le soleil n'était pas encore levé, mais elle distinguait assez bien les yeux brillants de Luke G. Fenwick. Elle ne le connaissait pas très bien, elle l'avait juste arrêté un jour à faire une bêtise et connaissant que trop bien le grand frère du jeune Serdaigle, elle avait dû s'abstenir de le punir mais lui avait fait une bonne morale. Depuis, il semblait que le jeune Luke la fuyait, mais elle ne lui en voulait pas, comme ça il aurait moins de problème. Elle ne répondit rien à sa remarque, elle lui sourit simplement et se tourna à nouveau vers le paysage ne voulant rien louper du beau spectacle qui se présentait devant elle. Après tout, elle n'avait jamais pensé à un seul moment qu'il n'avait pas le droit d'être ici. Elle resta silencieuse quelques instants. Luke s'avança lentement jusqu'à la rambarde à côté d'elle et il resta debout, les coudes posés sur la rambarde. Il était assez grand, du coup, la tête de Callie arrivait environ à sa taille, étant donné qu'elle était assise. Ils ne dirent d'abord rien, et Callie en était satisfaite, après tout, elle voulait rester seule et maintenant ils étaient deux, donc la moindre des choses, c'était de maintenir le silence. Mais cela ne dura pas bien longtemps car le jeune Luke reprit la parole, avec pleins de curiosité et d'impatience dans la voix.

Tu avais peur que je sois qui ? Tu m’aurais vraiment lancé un sort ?

Callie lui sourit et manqua de ricaner, seulement elle se retint. Luke n'était pas puéril ou enfantin, il savait exactement ce qu'il voulait et il savait comment mener la conversation pour y arriver. Elle releva la tête dans sa direction pendant que lui la regardai de haut. Soupirant, elle lui répondit donc.

A vrai dire, je ne savais pas qui c'était, mais ça pouvait être n'importe qui après tout. Les Serpentard, je pensais que c'était eux ; Athéna, Castiel, tous ceux qui pensent faire du mal aux Hippochoris et qui n'ont pas assez de courage pour attaquer les gens de face, c'est eux que je craignais. Je suis désolée si je t'ai fait peur.

Elle lui fit un petit clin d’œil malicieux et reposa quelques instants son attention sur les lieux et sur les premiers rayons du soleil qui pointaient leur nez, avant de reprendre, n'ayant pas encore répondu à la deuxième question.

Je t'avouerai que tu as eu de la chance. Heureusement que tu as parlé tout de suite parce que sinon, tu aurais pu te prendre n'importe quel sortilège sans même t'en rendre compte …

Elle s'arrêta quelques instants, observant Luke, elle remarqua qu'il était assez perplexe par ce qu'elle venait de dire.

… Je veux parler des sortilèges informulés si tu vois de quoi je parle. Après tout tu es un Serdaigle, très intelligent, comme ma sœur dit-elle l'air rêveuse tu aurais très bien répliqué.

Elle lui sourit avant de laisser à son tour la curiosité prendre le dessus sur son envie de silence. Elle l'observa à nouveau, mais cette fois de la tête au pied, avant de revenir sur ses yeux et de l'interpeller.

Et alors, qu'est-ce que tu fais ici toi, en cette belle matinée qui commence à peine.

Elle le fixa, attendant sa réponse et essayant de traduire ses expressions.
_________________


    UNTIL THE VERY END ♠ “Tels Harry, Ron et Hermione, nous serons tous les trois à jamais liés par une amitié sans faille grâce à laquelle nous survivrons à toute la noirceur et les horreurs de la vie„ Callie L. Walden à ses meilleurs amis James S. Potter & D. Aphrodite Weasley

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour ◈ callie & luke   Dim 14 Aoû - 18:03

Callie ne lui avait rien répondu, se contentant d’un sourire avant de se tourner à nouveau vers le spectacle grandiose qu’offrait la vue de la tour. Cela voulait dire quoi ? Qu’elle n’avait pas pensé qu’il n’avait pas le droit d’être là, ou alors, qu’elle non plus n’avait pas le droit d’y être ? En tout cas, quelle que puisse être la réponse, Callie ne semblait pas décidée à évoquer le sujet. Tant mieux, selon l’avis du jeune Serdaigle : cela voulait sans doute dire qu’il n’y avait pas lieu de s’en préoccuper pour le moment.
Un silence c’était installé entre eux, tandis que Luke s’accoudait à la rambarde pour profiter lui aussi du spectacle qui s’annonçait. Mais bien que d’un tempérament plutôt calme, le jeune garçon comptait dans ses défauts celui d’être plutôt curieux, et le fait que la Gryffondor ait sorti sa baguette, avant de tenter de la ranger discrètement, l’avait intrigué. Il voulait connaître ses raisons, et pour ça, on n’avait jamais fait mieux que de poser, directement et simplement, la question. De toute manière, Luke n’était guère du genre à s’embarrasser de blabla, surtout quand il voulait obtenir une réponse.

Nouveau sourire de la part de la jeune fille, sourire qui lui attira un regard quelque peu excédé du jeune homme. Ce n’était pas une réponse, ça ! Est-ce qu’elle trouvait sa question stupide, ou essayait-elle de ne pas lui répondre. Ou voulait-elle tout simplement du silence, ainsi que l’indiquait le soupir avant qu’elle ne finisse par daigner lui offrir une vraie réponse.
Donc, elle craignait que ce soit un Serpentard, à la recherche d’un cracmol à maltraiter. Ou alors, de lui à maltraiter… la grimace qu’il laissa échapper à l’évocation du nom d’Athena ne laissait sans doute pas un grand mystère quand au fait qu’il détestait la jeune fille, et n’appréciait guère ses collègues. Sauf Shay… mais elle était bizarre, elle. Pas que tous les Serpentards soient obligatoirement des êtres méchants et mauvais, non, sans doute pas, mais en tout cas, ils semblaient cultiver à loisir ce trait de leur personnalité ! Quand à maltraiter les Cracmols, Luke comprenait aisément ce que Callie voulait sous-entendre : si ce n’était pas encore la guerre ouverte entre les nouveaux venus et certains anciens, cela y ressemblait parfois fortement. Sauf que les Hippochoris étaient bien en peine de se défendre, et qu’ils ne pouvaient pas toujours être escortés dès qu’ils sortaient de leur salle commune.
Mais ces quelques pensées filèrent bien vite en dehors de l’esprit du jeune garçon, qui se contenta de répondre à la dernière insinuation de la préfète d’un ton boudeur.


Non, tu ne m’as pas fait peur. J’ai été surpris de te voir, c’est tout.

Les yeux du Serdaigle se perdirent vers l’horizon, où les premiers rayons du soleil commençaient à apparaître. Est-ce qu’il avait été effrayé ? Non, vraiment surpris, mais pas effrayé : il n’était plus un première année pour trembler devant un préfet, ou pour sursauter alors que quelqu’un pointait une baguette sur lui. Il était capable de se défendre, enfin, en général : Athéna était un cas à part, et il ignorait même pourquoi elle l’effrayait tant, comme si elle avait sur lui un pouvoir qui lui venait d’on ne sait où.
La jeune femme reprit la parole, répondant enfin à se deuxième question par une phrase qui laissa Luke perplexe. Comment ça, se prendre un sortilège sans même s’en rendre compte ? Voulait-elle parler des… Callie dût voir son air intrigué, aussi reprit-elle en lui expliquant qu’il était question de sortilèges informulés, et qu’il savait sans doute ce que c’était car il était intelligent, après tout. Autant qu’Elizabeth, la sœur de la jeune femme, que Luke appréciait beaucoup. Elle était elle aussi à Serdaigle, comme lui, préfète également : mais elle, Luke était presque sûr qu’elle ne se serait jamais permis de lui faire la leçon comme Callie lui avait fait ! En même temps, il lui arrivait rarement de tenter le diable, mais bon, tout de même, il était intimement persuadé que en ce qui concernait le rôle de préfète, Elizabeth était bien moins coincée que sa sœur.
Mais avant même que Luke ne puisse dire quelque chose, la Gryffondor enchaîna avec une question. Par vengeance (et aussi, il faut bien l’avouer, par réflexe purement infantile), Le Serdaigle adressa un sourire à la jeune femme, avant de se décider à lui répondre. Mais que répondre ? Dans le doute, Luke préféra rester dans le vague : il ne pouvait décemment lui avouer qu’il avait décidé de se le jouer Maître de l’Univers, enfin de Poudlard.


Ce que je fais ici ? Comme toi, je suppose : je suis venu admirer la vue, je n’arrivais plus à dormir. Et puis, c’est là qu’on profite le mieux, en début de matinée… ou le soir tard.

Il se rappela que Callie était préfète, et que les balades nocturnes dans le château étaient interdites, alors il ajouta hâtivement :

Quand y’a cours d’astronomie, évidemment.

Préférant passer sur le sujet, il enchaîna, l’air le plus naturel du monde, sur un sujet qui l’intéressait bien plus que ses escapades nocturnes et potentiellement à risque. Plein d'enthousiasme, même s'il essayait de le modérer, il bombarda la préfète de questions.

Tu maîtrises déjà les sortilèges informulés ? Pour de vrai ? Je croyais qu’ils n’étaient enseignés que maintenant, et qu’il fallait un moment pour pouvoir les utiliser. Tu veux bien me montrer ? Parce que je suppose qu'il est trop tôt pour que j’apprenne... non? Tu as commencé quand, toi?

Luke n’aurait sans doute jamais demandé ça à son frère, pour une question d’ordre purement égoïste : le jeune Serdaigle brûlait de tout maîtriser, et voir Cléo effectuer quelque chose qu’il ne savait pas encore faire faisait renaître un peu de ce sentiment de n’être pas grand-chose, comparé à son aîné. Mais avec Callie, clairement, il n’avait pas ce genre de problème, alors il espérait qu’elle accepterait. Dans un souci d’honnêteté vis-à-vis de ses capacités propres, cependant, le jeune garçon ajouta.

Tu es bien gentille d’estimer autant mes capacités de défense contre un sortilège, mais contre un sortilège informulé, je ne pense pas que je serais capable de contrer. Et tu n’es pas obligée de me montrer, non plus.

Précisa-t-il, conscient de s’être légèrement emballé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Callie L. Walden
gryffondor ◈ courage, force et hardiesse


✔ date d'inscription : 26/12/2010
✔ prénom/pseudo : Elodie & Shakespearette
✔ âge : 23
✔ nombre de messages : 1068
✔ avatar : Amy Adams
✔ copyright : © hexactic
ϟ âge : seize ans
ϟ sang :
  • sang mêlé
ϟ maison : Gryffondor
ϟ baguette : bois d'aubépine, plume de phénix, 22,7cm
ϟ grade particulier : préfète
ϟ appartenance aux clubs : fondatrice de l'Armée pour l'égalité
ϟ patronus : un somptueux phénix
ϟ épouvantard : le professeur trelawney annonçant la prophétie que Callie connaissait maintenant par coeur


lumos
♣ relationships:

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour ◈ callie & luke   Jeu 25 Aoû - 18:11


Et alors, qu'est-ce que tu fais ici toi, en cette belle matinée qui commence à peine.

L'homme est un être qui a toujours eu du mal à s'adapter à des situations d'infériorité et de faiblesse ; certains s'y soumettent, d'autres répliques, mais personne n'est assez insensible pour ne pas se sentir visé … Ce petit passage de philosophie traversa l'esprit de Callie. Bien que la philosophie était un domaine particulière apprécié par les moldus, Callie cultivait elle aussi une passion pour ces réflexions équivoques. Dans tous les cas, c'était les répliques de Luke qui amenait toutes ses inspirations à Callie. Elle était un peu comme lui, elle n'aimait pas avoir tord et ne se laissait pas marcher sur les pieds. Elle aimait être maintenue à un grade assez élevé et être respectée. Elle ne cherchait pas à être populaire, mais plutôt à être plus apprécié que détesté. C'était sa façon de voir.

Dans tous les cas, cette pensée chassée de sa tête, Callie se mit en tête de reconstruire sa rencontre avec Luke pour essayer de discerner les traits de caractère du jeune garçon. Elle ne le connaissait pas très bien, parce qu'il l'évitait depuis qu'elle l'avait sermonné la première fois, mais elle en entendait souvent parler par sa sœur Elizabeth ou par son ami Cléo dont Luke était le petit frère. Elle s'évada quelques instants dans ses souvenirs pour finir par une conclusion très poussée : Luke était un garçon intelligent plein de vie et respectable, mais qui n'aimait pas se faire marcher sur les pieds et qui comme tout enfant de son âge ne se laissait pas faire par des remarques qui le traiteraient de poule mouillé ou de fils à papa. Il avait son impulsivité.

Callie avait tellement quitté la place qu'elle tenait physiquement que quand elle quitta ses pensées elle prit quelques instants avant de se souvenir ce qui se racontait quelques minutes plus tôt. Enfin, c'est la justification qu'elle disait tout le temps "se perdre dans ses pensées" quand elle préférait plutôt se perdre dans les pensées des autres.

Ce que je fais ici ? Comme toi, je suppose : je suis venu admirer la vue, je n’arrivais plus à dormir. Et puis, c’est là qu’on profite le mieux, en début de matinée… ou le soir tard.

Se reconcentrant sur l'échange qu'elle partageait avec Luke, Callie étira ses bras en l'air, posa ses mains sur la plus haute barre de la rambarde et s'apprêtait à répondre quand Luke la prit de cours.

Quand y’a cours d’astronomie, évidemment.

Callie esquissa un sourire malicieux tout en assouplissant les muscles de ses bras qui étaient faiblement ramollis par son manque de sommeil. Elle s'abstint difficilement de bâiller et Luke ayant fini par laisser un silence dans leur conversation, elle répondit.

Tu supposes bien, dit-donc ! Mais je t'avouerai que je ne suis pas là que pour la vue. La tour d'astronomie est mon petit repère secret depuis ma première année à Poudlard. Tu n'as pas à te justifier, j'étais pas si respectueuse des règles que ça non plus quand j'étais plus jeune. Les quatre premières années à Poudlard, je suis venue illégalement dans la tour d'astronomie quand elle était libre, maintenant je profite de mon poste de préfète pour le faire. J'y suis bien !

Elle fit une petite pause, plus minuscule soit-elle avant de poursuivre.

Et je ne suis pas si coincée que ça, c'est seulement que j'aime sévir !

Callie se doutait que Luke se demandait à cet instant même s'il n'avait pas dit tout haut ce qu'il pensait tout bas. Elle le laissa dans ses réflexions et se mit à fredonner un petit air qu'elle avait en tête. Finalement Luke n'eut pas l'air de vouloir l'interroger, mais il enchaîna avec beaucoup de grâce et de virtuosité sur un autre sujet tout à fait différent et apparemment plus intéressant.

Tu maîtrises déjà les sortilèges informulés ? Pour de vrai ? Je croyais qu’ils n’étaient enseignés que maintenant, et qu’il fallait un moment pour pouvoir les utiliser. Tu veux bien me montrer ? Parce que je suppose qu'il est trop tôt pour que j’apprenne... non? Tu as commencé quand, toi?

Callie fut comme ainsi dire bombardée par les questions de Luke et elle se surprit même à reculer légèrement de sa position. Elle le dévisagea un peu, mais pas méchamment et sourit quand il eut l'air de se calmer et de vouloir s'excuser de son afflux de demande.

Tu es bien gentille d’estimer autant mes capacités de défense contre un sortilège, mais contre un sortilège informulé, je ne pense pas que je serais capable de contrer. Et tu n’es pas obligée de me montrer, non plus.

Elle laissa un petit temps de silence pour que toutes les questions s'ordonnent bien dans sa tête et elle répondit au mieux d'une voix calme et attentionnée.

Oui je maîtrise en effet les sortilèges informulés. Je suis plutôt déterminée alors quand je veux réussir quelque chose je m'acharne jusqu'à que ce soit le cas ... Je crois que c'est la seule chose qui a fait que je sois à Gryffondor et non à Serdaigle !

Elle marqua de nouveau une petite pause et tournant son regard sur l'horizon elle poursuivit.

Mais en effet, tu as raison, c'est au cours de la sixième année normalement que l'on apprend ces sortilèges. Ce n'est pas une tâche facile ... Et puis c'est effectivement un peu trop tôt pour que tu apprennes, je n'ai commencé qu'à la fin de l'année dernière, mais si tu veux, je pourrais toujours te donner des conseils et t'aider si tu veux te lancer maintenant !

Puis elle se tut et ferma son esprit à l'aide de l'occlumancie. Elle savait que personne ne l'écouterait, et Luke encore moins, mais c'était un réflexe qu'elle avait pris l'habitude de prendre avant de lancer un sortilège informulé. Callie sortit sa baguette magique de sa cape et la pointa vers sa main où reposait une magnifique plume blanche. Alors que ses lèvres restaient pressées l'une sur l'autre, Callie lança un sortilège qui permit à l'objet de s'élever dans les airs et de s'arrêter en face des yeux de Luke, l'incitant à l'attraper.
_________________


    UNTIL THE VERY END ♠ “Tels Harry, Ron et Hermione, nous serons tous les trois à jamais liés par une amitié sans faille grâce à laquelle nous survivrons à toute la noirceur et les horreurs de la vie„ Callie L. Walden à ses meilleurs amis James S. Potter & D. Aphrodite Weasley

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour ◈ callie & luke   Ven 2 Sep - 20:05

Même s’il parlait, et faisait mine d’observer le paysage, Luke ne pouvait s’empêcher de jeter quelques coups d’œil à la jeune femme : d’abord parce qu’il est préférable de regarder les gens quand on leur parle, certes, mais ses coups d’œil à la dérobée avait aussi un autre but. Il avait toujours eu un don pour observer les gens, et en déduire quelques petits trucs, qu’ils soient important ou non. Il pouvait dire à coup sûr quand sa petite sœur mentait, ou quand son aîné s’apprêtait à faire quelque chose que leurs parents désapprouveraient à coup sûr. Mais cela, c’était simple : c’était la famille, et il les connaissait depuis sa naissance.
Non, c’étaient les autres qui représentaient un vrai défi, et le défi était d’autant plus difficile, et donc amusant, à relever lorsqu’il s’agissait de quelqu’un qu’il fréquentait peu. Callie était de ceux-là, étant donné qu’il évitait, en général, la jeune femme. Ce tête-à-tête improvisé lui donnait donc l’occasion d’apprendre, peut-être, quelques petites choses sur la préfète des Gryffondor. Ou de se planter complètement sur elle, allez savoir : autant la divination n’est pas une science exacte, autant les suppositions ne le sont pas non plus. Mais en tout cas, Luke pouvait certifier une chose à propos de la jeune femme : elle avait l’air exténuée, et il ne fallait pas un grand talent pour s’en apercevoir. Contrairement à Luke qui avait dormi bien au chaud dans son lit, quoique peu de temps, la jeune femme avait sans doute fait des rondes dans le château. De ce qu’en savait le Serdaigle, d’ailleurs, les rondes des préfets s’étaient intensifiés depuis l’arrivée des nouveaux élèves à Poudlard : les professeurs avaient sans doute peur qu’on les malmène, et n’avaient pas totalement tort.
Quoi qu’il en soit, la façon qu’avait la jeune femme de discrètement faire jouer ses muscles était plutôt révélatrice, et Luke se demanda, à nouveau, si elle ne préférait pas être seule. Seulement, battre en retraite lui semblait tellement puéril et immature, comme s’il avait eu peur d’elle, qu’il n’envisageait pas vraiment de lui abandonner le terrain.

Callie avait repris la parole, lui expliquant que la tour d’astronomie offrait non seulement une vue magnifique, mais aussi un repaire secret presque imparable, et qu’elle aimait bien venir. Quand au fait qu’elle y était venu illégalement… et qu’elle n’était pas aussi coincée que Luke pouvait le penser, ça, le jeune garçon en doutait fortement. Même s’il savait que juger sur une seule rencontre s’avérait souvent trompeur, il ne pouvait en démordre : la leçon de morale infligée par la Gryffondor lui semblait bien trop insistante pour venir de quelqu’un de totalement cool. A moins que… Cléo lui avait déjà fait le coup, une fois. Il était bien plus jeune alors, mais son frère s’était lancé dans des explications dignes du plus grand avocat du monde sorcier, juste pour l’impressionner durablement et l’empêcher de recommencer sa bêtise. Est-ce que Callie avait agi ainsi ? Avait-elle sorti le grand jeu, dans l’espoir de l’impressionner durablement afin d’éviter qu’il ne recommence à l’avenir ? Parce qu’elle avait beau lui dire aimer sévir, il n’était pas stupide au point de reconnaître que ce jour là, malgré ses remontrances, elle lui avait fait une fleur.

L’air dubitatif du jeune Serdaigle, à la fin des propos de la rouge et or, devant s’inscrire clairement sur son visage, mais Luke ne chercha pas à le masquer. Après tout, seul un sot n’envisage qu’une seule option, et celle d’une Callie bafouant le règlement, bien qu’improbable pour le jeune garçon, ne pouvait être ignorée simplement parce qu’elle lui paraissait impossible. Combien de sortilèges, de potions avaient été écartés juste parce que leur résultat semblait impossible à obtenir ? Improbable, pas impossible.
Luke considéra la préfète des Gryffondor en silence, comme s’il cherchait à juger de la véracité de ses paroles, ce qui était vrai, en quelque sorte. Avant d’enchaîner cependant, le jeune garçon pencha la tête, avant de lancer d’un air détaché.


Si tu aimes sévir, tu devrais te reposer un peu plus, histoire d’être assez en forme pour le faire. Un préfet exténué, ce n’est sans doute pas le but recherché.

Puis, l’air de dire « j’dis ça, j’dis rien », Luke retomba dans le silence, avant d’enchaîner sur son bombardement de questions auquel, et il devait bien lui reconnaître ça, Callie s’attaqua de bonne grâce. Elle avait peut-être raison, elle n’était pas si horrible que ça. En tout cas, elle lui répondit d’une voix calme et posée, sans chercher à l’expédier vite fait, ce que le jeune garçon apprécia grandement. Il savait que sur ses aînés, les questions passaient parfois mal. Peu d’entres eux avaient les capacités, et la patience, d’affronter les questions d’un gosse avide de connaissance. Rien que pour ça, en vérité, Luke sentit qu’il se devait de juger Callie sans se fier uniquement à leur premier échange : elle pouvait être ouverte et gentille, quand elle voulait bien. Ou quand il ne faisait pas de bêtises… c’était un point à prendre en compte.
En tout cas, le Serdaigle était impressionné : non seulement la jeune femme maitrisait les sortilèges informulés depuis l’année dernière, mais elle avait appris ça seule, s’acharnant jusqu’à les maîtriser. Luke avait le regard plein de respect, mais s’y mêla une petite pointe d’ébahissement quand la jeune femme proposa de l’aider et de lui donner des conseils.

Il était peut-être un peu tôt pour que le jeune garçon révise complètement son jugement sur la préfète des Gryffondor : après tout, elle l’avait sermonné, et plutôt énergiquement. Peut-être voulait-elle seulement arrêter de passer pour une mégère devant lui ? Mais Luke interrompit la son questionnement, tandis que Callie, sans prononcer un mot, faisait voleter une petite plume devant lui.
D’un sourire, qui le faisait paraître beaucoup plus jeune que ses treize ans, Luke chassa la plume d’un revers de main, avant de se tourner vers la jeune femme et de lui dire d’un air amusé.


Bon, d’accord, tu n’es sans doute pas aussi coincé et sévère que j’ai pu l’imaginer. Si tant est que je l’ai imaginé, attention.

Il n’allait pas quand même lui avouer, tel quel, qu’il la prenait pour une abominable mégère coincée ! Même si elle s’en doutait !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour ◈ callie & luke   

Revenir en haut Aller en bas
 

A l'aube d'un nouveau jour ◈ callie & luke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Adieu monde cruel ! :: Corbeille :: RP archivés-