AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 RIAW ∂

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: RIAW ∂    Jeu 22 Déc - 13:02

magiquement vôtre
De quel sang êtes vous ? ; Je suis de sang mêlé. Mon père est de sang pur mais ma mère elle est une vélane, je ne suis donc qu'à demi un sorcier.

Quelle baguette mister Ollivander, ou mister Gregorovitch vous a-t-il vendu ? Ou bien, quelle est la baguette que vous avez hérité de vos aïeuls ? (bois, cœur, taille, principale qualité) ; Mister Gregrovitch m'a vendu une baguette en bois de prunelier, 33,25 centimètres et cheveux de vélane, un cheveux de ma mère, elle lui en a confier quelques un, pour mes soeurs et moi.Le seul problème avec cette baguette, c'est qu'elle est relativement fragile. Les seuls avantages que j'y trouve c'est qu'elle est rapide et efficace pour les métamorphoses et les charmes. Elle est très capricieuse également  

Quelle forme votre Patronus prend-il ? ; Mon patronus ? Un singe. 

En rangeant un peu des armoires pleines de poussières, vous tombez sur un épouvantard, en quoi se transformerait-il ? ; C'est déjà arrivé, il prend la forme d'une horrible bête géante..un papillon.

Où alliez-vous à l'école ? Si c'était à Poudlard, dans quelle maison étiez vous ? Si vous êtes ensuite allés à l'université, quelle était votre maison ? ; J'ai fais mes études dans une école de magie Norvègienne

Quelles étaient vos matières de prédilection à l'école ? Et aujourd'hui qu'aimez-vous faire ? ; Ma matière favorite était bien évidemment la divination..Je suis plutôt doué pour ça. La métamorphose m'intéresse également. A vrai dire je m'amuse souvent à tenter quelques expériences farfelu, sans grande réussite pour l'instant. 

Combien de BUSE avez-vous eu ? Et d'ASPIC ? ; j'ai obtenu toutes mes BUSES et tout mes ASPICS, j'ai frôlé la catastrophe lors des deux examens avec l'épreuve de Potions et l'épreuve de vol sur balais, mais j'ai obtenu la mention acceptable heureusement.

Quel métier faites-vous ? En quoi consiste-t-il ? ; Je suis professeur de Divination à Radegoût. Cela ne fait pas longtemps que j'ai quitté l'université mais de la mémoire de mon ancien professeur (flanchante vu son âge) j'étais le meilleur élève qu'il ait eu!

Faites-vous partie de l'Ordre ? Ou êtes vous un (ancien) Mangemort ? ; Non, ni l'un ni l'autre.

Avez-vous un don magique particulier ? ; Ma mère est une vélane. Je ne sais pas si cela peut-être considérer comme un "don", je verrais ça plutôt comme une malédiction. J'ai malheureusement hérité de son maléfice, me transformant en une sorte de créature difforme pourvut de plume. Je peux également lancer des flammes avec mes mains ce qui a d'ailleurs causer plusieurs accident lord de ma scolarité.

“ RavinggerIchabod Aragorn Wrenoclock„
ft. oliver scott sykes

âge ; 25 ans
date de naissance ; 18 Août 1995
lieu de naissance ; petit village de sorcier au bord de la côte nord Norvégienne
nationalité moldue ; Norvégien
lieu de résidence ; Radegoût. j'ai quitté le domicile de mes parents et à vrai dire..Je ne sais pas où je vais aller au vacance d'été.
situation amoureuse ; célibataire pur et dur

Caractère
Farfelu. Voilà comment on peut décrire rapidement Ravingger et ce, des qu'on le rencontre. Assez maladroit, tête en l'air et peu discret, il n'en est pas moins un professeur amical, compréhensif (au cas où votre crapaud est bavé sur votre devoir ) et pour le point cultiver. Pourtant dans sa vie de tout les jours, ou même parfois au sein de sa classe ses colères fréquentes le transforme en cette créature semblable a une harpie. N'acceptent toujours pas sa condition d'hybride, la moindre allusion quant à son physique ou ses transformations peut le faire fuir pendant des jours, il se vexe très facilement. 

Tes souvenirs deviennent miens

Jour pluvieux sur une petite ville...on commence souvent les histoires comme ça non? Bref, dans celle-ci il ne pleut pas, il neige. Après tout au nord de la Norvège en plein milieu de l'hiver on pouvait facilement faire une armée de bonshommes de neige. 
Tout histoire à un commencement, même celle-ci et qui peut de venter d'être né un hiver au fin fond d'une ville de sorcier coupée du monde moldu ? Tout les enfants étant nés un hiver dans ce village et les villages voisins. Aucune particularité donc à la naissance à domicile d'un sorcier de sang bien particulier. Un mélange sang-pur et sang de vélane. N'avais-je pas dit "un" sorcier? Les erreurs de la nature, ça arrive souvent non? Et ouïs les vélanes dans le nord est de l'Europe, c'est assez fréquent n'est-ce pas ? Mais les sorciers nés directement d'un père et d'une mère au sangs différent c'était assez rare, parait-il et il n'y avait qu'à voir les trois filles Wrenolock et leurs cousines, toutes de sexe féminin sauf celui qui avait décidé de naitre aujourd'hui, le seul fils de la famille. Ravingger, un vieux prénom d'origine anglaise auquel il avait plut au parents de rajouter un g, donnant une consonance plus prononçable pour des Norvégiens. Qui irait appeler son fils Ravin et le surnommer ainsi, sachant ce qu'il signifiait puisque monsieur Wrenoclock était natif d'Écosse. Pour compléter la panoplie des prénoms étranges, manie de sorciers déjà entamés à la naissance de Corpselia leur fille ainée, Ichabod et Aragorn s'ajoutèrent à la liste des prénoms portés par cet enfant.  

- Dis Corpselia tu m'emmènes ? 
-Non Ravin' ! Je te l'ai déjà dis l'année dernière tu es trop jeune encore !

Accompagner ces trois grandes sœurs au port à été un déclencheur pour Ravingger, sa sœur le précédant  et ses cadettes. Disons qu'à partir de ce moment, tout ce qu'ils voulaient c'était faire comme elles et donc aller à l'école avec les autres sorciers, c'est comme cela dans chaque famille. Mais à respectivement neuf, sept  six et cinq ans leurs pouvoirs ne se manifestaient que très rarement voir pas du tout, ce n'étaient peut-être que des coïncidences. Notre jeune garçon avait peur d’être un cracmol. Quand on est un peu contre nature, il y a toujours ce doute qui persistait mais sa mère et son père étaient persuadé qu'il aurait des pouvoirs lui aussi et même de très bon pouvoirs... On suppose que c'était pour le rassurer. Il passé son enfance a regarder ses sœurs lire des livres avec des mots trop compliqués pour lui,  grandit en observant les phénomènes que ses pouvoirs causaient aux alentours de ses neuf ans. Comme tout les enfants il pouvait réaliser quelques tours, par exemple faire pousser des fleurs  dans le jardin familial, malgré l'épais manteau blanc couvrant le sol.

Lorsque ils  sortaient dans la grande ville, on les observait toujours d'une drôle de façon. La beauté n'a rien de concret. On ne peut pas dire que quelques choses est officiellement beau alors que d'autres, peuvent trouver ça laid. Un peu comme moi je trouve laid, les papillons. Pourtant même si la beauté est un mot artificiel sans grand fond (ce n'est qu'à mon sens une expression de notre ressentît personnel), il jugeait sa mère belle, à en faire pâlir n'importe quelle belle femme, sorcière comme moldue et il avait la preuve lorsque sa famille allait en ville comme ici. Les passants se retournant sur eux, les yeux braqués sur sa famille composée de: son père, gardien de dragons, sa mère, rédigeant des ouvrages à propos de ses ancêtres, ses cinq sœurs et leurs cheveux signent d'une publicité moldue pour shampooing et pour finir moi, le seul fils. A ses onze ans, aujourd'hui donc, ils s'étaient rendus dans l'un de ces villages où les boutiques pour sorciers fleurissaient de plus en plus en Norvège et dans l'est magique de l'Europe son père disait que comme lui, beaucoup de sorcier venaient du monde entier pour venir voir les dragons  et que comme lui,  beaucoup restait et fondait famille et entreprise. Mais l'un des plus anciens commerçants de l'Est du continent, celui qu'ils venaient voir plus particulièrement, c'était  Monsieur  Gregrovitch, un des vendeurs de baguettes d'Europe de l'est. Le phénomène ambulant était impatient autant d'entrer à l'école que de recevoir sa première baguette. Les sœurs Wrenoclock s'arrêtaient en chemin, croisant leur camarades de classes venus eux aussi chercher quelques fournitures scolaires et délaissant leur famille pour raconter quelques ragots ou revoir des amis. Chez le marchand, les étales poussiéreuses et l'aspect réduit de l'échoppe ne semblait pas être des plus accueillante. Une autre famille était là, attendant après Gregrovitch et la baguette qu'il jugeait approprier à essayer pour le garçon qui, un peu plus âgé que Ravingger portait fièrement les couleurs de l'établissement Dumstrang, ne le rassurant pas plus. Après plusieurs essais, la baguette trouva son maître et ainsi, ce fut son tour d'essayer plume de Phoenix, ventricule de dragon...mais ce qu'il convenait à Ravingger, était une baguette en bois de prunellier, cheveux de vélane.

C'était à eux  de prendre le bateau. Les enfants Wrenoclock montait chacun leur tour dans l'engin invisible pour les moldus. A bord, trouver une cabine seul était primordial pour Ravin qui s'enfonçait, capuche sur la tête au travers de ce long couloirs. Une fois au bout, une cabine libre l'attendait et c'est dans celle-ci qu'il fit le voyage seul, à observer par le hublot la mer et ses habitants. On ne peut pas dire qu'il était de nature sociable, la solitude lui allait. Pourtant c'était un garçon assez intelligent, avecun humour assez spécial et un comportement peut banal certes, mais assez agréable à vivre en dehors de ses peurs. Le problème était donc là, il avait peur. Peur de faire peur aux autres, peur de voir des choses au travers de ses visions récurantes, peut d'être considérer comme une créature. L'avis des autres lui importait, le fait que l'on s'intéresse plus à son apparence ou celle de ses soeurs qu'à son caractère commençait à lui venir à l'esprit.


A l'appel de chaque nouvel élève, la pression montait. Dans les derniers, il était pénible d'attendre, au milieu des autres que l'on appelle son nom. Quel nom d'ailleurs, Wrenoclock. Réputé pour être celui porté par trois jeunes sorcières, trois soeurs, que l'on pouvait croire triplés et qui éblouissait tout le monde, attirant tout particulièrement la gente masculine. "Ravingger Wrenoclock?". A son nom le petit garçon avança d'un pas rapide a travers la pièce, grimpant les marches avec aisance sous les chuchotement de l'assistance. Qui était cet étrange nouveau venu..une autre sœur Wrenoclock? Aussi glaciale et troublante? Ou bien juste une personne portant cet étrange nom de famille à consonance britannique. La démarche peu féminine, les cheveux mi-longs, bruns, cachant le visage de m'élève e les baskets dans un état lamentable confirmait à eux seul que ce n'était pas une des Wrenoclock. Et quand madame la sous directrice ôta la capuche du jeune garçon, l'on comprit qu'il y avait pourtant un lien de parenté. 

Sa scolarité s'est passée sans grand incident majeur. Personne ne lui adressai  la parole facilitant son self-control. En troisième année il s'inscrit au cours optionnel de Divination et découvrit alors son troisième œil et l'importance de ses visions qu'il avait parfois. Et puis tout ce compliqua au fil des années, surtout l'ete où Yola Kapunski s'installa dans son village. De sang moldu, elle était en septième année, soit deux de plus que lui. La famille avait déménager pour confronter leur fille au monde quotidien des sorciers et également, ne plus craindre quleuquonces remarque sur les bizarreries de leur fille. Ils sont devenus amis. Bons amis. Ce qui n'arrivait jamais à Ravin, lui qui craignait tellement les relations humaines.  De retour à l'école, leur relation changea et, d'amitié à ce qui semblait etre de l'amour, il n'y avait pas loin. Naïf, Ravin excusait Yola tout. Toutes les fois ou elle avait oubli qu'il l'attendait, tout les fois ou on lui rapportait l'avoir vu batifoler ailleurs. En échange de précieuse avec elle il s'occupait de ses travaux, rendant ses parchemins à sa place, l'aidant à réviser pour ses examens. A la fin de l'année un incident arriva pourtant. Pour une fois Yola inversait les roles et attendait Ravin à l'exterieur de sa salle. Cours de divination, ayant pour but de contrôler un peu mieux se visions Ravin, au milieu de la pièce servait de cobaye au professeur devant une salle pleine des élèves de son année.  Il lui était déjà  qu'une vision violente le fasse panique et relâcher tout contrôle. La colère étant la, il se transformait. Ce n'était jamais arrivé en grand public, pas devant tant de gens. Mais ce qu'il voyait le rendait fou de rage. Le mal, toute la haine qu'il ressentait envers les autres dans un futur proche. Les menaces, les hurlements, la douleur, les passages a tabac et les sorts prodigés sur lui sans qu'il n'en connaisse la raison. Il avait soudainement peur et les bras de son professeur le secouant de toutes ses forces, maintenant en place ses ailes le fit sortir de sa vision. En retrouvant son calme, il ouvrit les yeux devant une salle vide. Seul le professeur, face à lui était visible. Son regard effrayé indiquait qu'il avait peur..qu'avait-il dit, fait? Pas besoin d'explication. Dans le reflet des lunettes, un visage vieillit, difforme, pourvut de plume qui n'avait rien d'humain, se rapporchant plus de l'oiseau...La transformation s'inversait et seul ses yeux verts restaient les mêmes, sans ce pétillement qui leurs étaient propres. Ses pupilles surdimensionnées donnait de la noirceur à ses iris d'habitude si clair. Sans un mot le professeur ce déplaça, attardant sa main sur l'épaule, continuité des ailes d'un Ravingger pétrifier. Face à lui Yola, yeux écarquillés qui le fixait sans bouger..seul quelques plumes tombant au sol et quelques trace de fumée s'échappant des brûlures sur les tapisseries de la salle se mouvaient. La trainée de mascara sur ses joues indiquait qu'elle avait pleurée. Sans un mot, elle se retourna et partie à toute jambes sans qu'il ne bouge, ne pouvant sortir sous cette apparence. 

"Je suis désolé, Ravin" 
Quelques jours plus tard, voici les mots prononcés par Yola. Résumant également le bout de papier tendu au jeune homme, expliquant la situation. Mensonge après mensonge, il s'était glissé dans une relation à sens unique dans laquelle, elle s'amusait à jouer. Mais jouer à aimer un homme dont le reflet est plaisant n'avait rien de comparable à faire semblant d'aimer une bête de foire aux yeux des autres élèves qui, voyaient bien la situation de l'extérieur. La nature des vélanes est connues de tous. Pourtant, l'on a peine à y croire tant que ce n'est jamais arrivé. On pense que c'est une exagération pour que les porteurs de ces gènes soient en paix et que ce n'est pas si terrifiant. Mais ça l'était.  A la suite de ça, quelques nouveaux incidents éclatèrent. La vision cauchemardesque qu'il avait eu s'avérait exacte et il fut allègrement "punit" pour ce qu'il avait dit, ou fait durant ce cours dont il n'avait pas le moindre souvenir hormis le broua. Ces petits "jeux" avaient aussi pour but de montrer aux autres comment il était une fois en colère. Pour ses petites sœurs encore à l'école la situation se compliqua notamment auprès des filles se leurs années. Les Wrenoclock se repliaient sur eux meme, toujours tous les trois ensembles.  

Au fil du temps il eu a faire face à une sorte de dépression. Plus manger, plus boire. Il n'avait goût a rien, si ce n'est à se lamenter sur son imbélicité et de haïr le monde, sa nature et la vie en général. Crise d'ado à vingt ans. Si cela se soigne habituellement tout seul dans son cas, rien n'y faisait. Il avait toujours du mal à sortir dehors, à s'alimenter et a voir la lumière. Tout était approximativement normal, jusqu'au jour ou maladroitement, il s'était blessé en se cognant dans un meuble et que la douleur sur le moment lui enleva tout de la tête. La solution, mieux que le sommeil c'était la douleur. Trouvant à peur prêt tout les moyens bons pour se mutiler, la blessure tant que la guerrision -magique évidemment- était douloureuse et il y prenait un malin plaisir jusqu'à ce que sa famille s'inquiète de ses cicatrises apparentes sur ses avant bras ainsi que son étrange gaité, tout d'un coup  et le surveille de plus prêt, jusqu'à voir ce qu'il trafiquait. Il fut soigné, du mieux qu'il était possible. Le sort oubliette fut envisagé mais a la demande de ses parents, il ne fut pas jeter, il fallait qu'il se souvienne de ça pour vivre avec, pas le fuir. 

L'été suivant il le passa en Angleterre, dans la ville de Londres au milieu des moldus et sorciers étranges du nord de la ville, tatoués de la tête aux pieds. Si lui cela le faisait sourire et meme, l'intéressait, ce n'était pas le cas des passants qui pour certains, trouvait cela répugnant. Une nouvelle solution s'offrait à lui. L'occasion de ne plus jamais avoir affaire à une nouvelle Yola. Quoi de mieux, après tout. Il décida donc de franchir la porte d'un établissement ou un sorcier l'accueillit.  Comme tout le monde, Ravin commença par un. Puis deux et en moins de quatre ans il se retrouva couvert sur la moitié du corps. Chaque tatouage, au contact d'une baguette s'anime, ce  qui l'amuse. Il est vrai. 

A vingt cinq ans, Ravin entame sa carrière de professeur à l'université Radegout. La langue Anglaise lui faisant défaut il s'applique à l'apprendre et utilise quelques sortilèges en attendant pour traduire ses cours dans la langue commune à ce nouveau pays. La Norvège ne lui manque pas. Il allait beaucoup mieux et oubliait cette histoire avec Yola. Cela lui a permit de grandir et d'adopter un comportement nouveau avec les sorcières de son entourage. Accepter le poste de professeur de divination, dont je suppose, il en a obtenu le poste grace à sa réussite scolaire ainsi qu'à la reconnaissance de la famille Wrenoclock dans le monde magique, tant pour les études des dragons que pour les récits à propos des vélanes ou encore de la reine du Quidditch. Il ne manquait plus qu'un fils doté du troisième œil, fou à lier et savant pour compléter le palmarès familial   


Dis moi qui tu es, révèle moi tous tes secrets
prénom/pseudo ; Audrey/ English mustard
âge/date de naissance ; 23 Janvier 1994/ 17 ans et des poussières
niveau rp ; environ 120,150 lignes
présence hebdomadaire ; 7/7
comment connaissez-vous PT ? Comment le trouvez-vous ? ; ah ah 
"harry potter", ça vous évoque quoi ? ; toute mon enfance 
copyright pour l'avatar et l'icon de votre présentation ; riddle & flesh couture
codeOuky By Athéna
Revenir en haut Aller en bas
 

RIAW ∂

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Adieu monde cruel ! :: Corbeille :: Anciennes présentations & fiches-