AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 ❖ I hope that it will treat you well ❖

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Divine Rowan Barnes


✔ date d'inscription : 17/07/2011
✔ prénom/pseudo : summerby
✔ âge : 24
✔ nombre de messages : 252
✔ avatar : emma watson
✔ copyright : bazzar ou encore tumblr
ϟ âge : dix sept ans
ϟ sang :
  • sang pur
ϟ maison : je suis dans la maison de salazar serpentard, et je suis préfète de cette même maison
ϟ baguette : ma baguette est composé de bois d'olivier, mesurant 36,5 cm et détenant en son coeur un crin de licorne
ϟ grade particulier : je suis préfète de ma maison & malheureusement pour toi je vais te rendre la vie impossible
ϟ appartenance aux clubs : le pacte du sang & surement une de mes priorités en ce moment
ϟ patronus : une salamandre même si je ne l'apprécie gère
ϟ épouvantard : la pleine lune est mon épouvantard mais ne demandait pas pourquoi


lumos
♣ relationships:

MessageSujet: ❖ I hope that it will treat you well ❖   Mer 20 Juil - 11:29

❖ I hope that it will treat you well ❖

Participants au rp ◈ Cleo & Castiel
Cadre spatial de l'action ◈ Les cuisines.
Cadre temporel de l'action ◈ Fin Septembre, un dimanche soir.
Statut du sujet ◈ écrire


    19h00 ; La grande salle au haut plafond magique était bien entendu rempli de braillement, les uns plus insupportables que les autres. Oui c'était l'heure du diner, au collège Poudlard et malheureusement tout le monde devait supporter la mauvaise humeur de certain, et la joie des autres. Pour mon plus grand désespoir la table de ma maison reflétait parfaitement les personnes ayant eu une mauvaise journée, ou ayant réalisé la pire saloperie de leur vie. Je craignais qu'un d'entre eux ne viennent me raconter comment il avait accroché un pauvre Griffondor au lustre des toilettes, et heureusement pour moi, aucun d'entre eux ne m'adressa la parole. Assise au bou de la longue table de bois massive, sur un banc, peu confortable pour mes fesses, j'observai la population m'entourant. La personne qui m'intriguait le plus était surement mon voisin de table. Un garçon énorme, oui énorme il ressemblait à une barrique de bière au beur de plusieurs litres, avalant multiple aliments les plus gras des plateaux présentés. Mon regard ne le lâchait pas, prenant tour a tour sa cuisse de poulet, entre ses doigts boudinés, et sa fourchette de pomme de terre rôti me donnais de plus en plus la nausée. Bon après en y repensant bien j'avais eu la chance ne de ne pas assister à la "dégustation" des entrées.. Beurk !! Comment un être humain arrivait il à avalé autant d'aliment gras en un seul repas.. Mon dieu il venait de reprendre du poulet.. sa septième cuisses !! Fermant les yeux un instant imaginant de l'eau, de la verdure de l'herbe des chou des légumes un champ de carotte ! Bien entendu cela ne retira pas cette envie de vomir qui s'était installer au creux de mon estomac.. Les yeux à nouveau ouvert je découvris que mon assiette était encore pleine, mais je n'eus pas l'envie de planter ma fourchette dans une patate bien brillante. Repoussant mon assiette d'un geste sur, ne relevant pas les yeux vers le charmant garçon, je me mi à chercher une carafe d'eau ou du moins quelques choses à boire pour me désaltérer. Cherchant avec insistance je ne remarquai qu'une cruche d'une couleur bien étrange. L'attirant vers moi, je me mi à regarder à l'intérieur. Une boisson orange marron d'une consistance très liquide tournait à l'intérieur. Peut convaincu de vouloir boire de cette chose, j'en versai quand même un fond dans mon verre, passant la cruche à une jeune fille non loin de moi. Prenant mon verre d'une main peut assurer je l'emmenai à mes lèvres. Le liquide s'approchant dangereusement de celle-ci, je commençai à sentir une odeur peu agréable. N'aillant pas peur du résultat je laissai le liquide couler dans ma bouche, mais à peine eu-t-il toucher ma langue que je me mi à tout recracher à la tête de la jeune fille en face de moi. Ça ne devait pas être son jour vue la tête qu'elle me fit avant de partir en courant vers la sortit sous les rires idiot de la plupart de la table. Je ne fis pas vraiment attention a elle, plus intéressée à enlever le gout désagréable installé dans ma bouche. Du Jus de Citrouille. J'en regrettais presque cette envie de vomir en observant la barrique un peu plus loin, qui avec son sourire plein de sauce; rigolait avec ses compagnons de la fuite de cette pauvre jeune fille. Posant mon verre un peu plus loin je me rendi compte que presque toutes les personnes assise à cette table buvait cette boisson infecte ! C'était inhumain d'aimer cette chose, oui inhumain. Ne pouvant retirer cette odeur de ma bouche je pris l'initiative d'aller manger quelques fondants du chaudron cacher au fond de ma valise.

    Descendant les escaliers entre le hall d'entrée et les cachots, deux par deux, je me rendis bien compte que je risquais d'être malade pour un petit moment. Heureusement je ne croisai personne dans les longs couloirs sombres et froids menant aux cachots, car me grattant la langue avec mes longs ongles je serais vite passée pour la nouvelle débile du château. Grâce à mes pas rapides j'arrivais enfin dans cette grande place ou se trouvait l'entrée de la salle commune de Serpentard au fin fond des entrailles du bâtiment. Je prononçais le mot de passe, doigt sur le bou de ma langue, bien entend du je due m'y reprendre a trois fois avant que l'entrée ne s'ouvre à moi. Rangeant mes mains dans mes poches pour traverser la salle commune, je passai comme un coup de vent pour atteindre enfin mon dortoir, sauté sur ma valise, y prendre mon paquet de fondant du chaudron avant de me laisser tomber sur mon lit. Je ne fis pas attendre mes papilles criant des s.o.s au supplice du gout du jus de citrouille je pris un bonbon que je posai contre ma langue. En quelque seconde je me sentis revivre au gout enquis d'un aliment ne donnant pas une impression de racine. Laissant le plaisir durait encore et encore je commençai à conter les carreaux de mosaïques au plafond. Un serpent verre et argent représentant bien le symbole de ma maison. Mais mes pensées étaient tournées vers la tentative d'intoxication que j'avais subie. Comment pouvait on autoriser un liquide pareil dans un établissement ou le nombre d'élèves et énorme ?! Il n'y avait pas de logique pour moi là-dedans. Il fallait que j'en parle et surtout que je supprime ce liquide infecte de la consommation poudlarienne. C'était décidé. Je jetais mes bonbons sur ma valise me levant d'un bon pour sortir à toute vitesse de la salle commune. Il n'y avait qu'un seul endroit pour faire bannir ceux-ci.. Les cuisines.

    Les cuisines ne se trouvaient pas si loin de la salle commune et cela m'évitais de me faire prendre en plein sabotage du jus de citrouille au sein de Poudlard. Oui à mon avis il fallait être un peu folle pour vouloir bannir une boisson plus que réputait dans le monde sorcier jusque parce que moi mademoiselle Wellington la trouvait imbuvable. Et puis j'étais sur de ne pas être la seule à vouloir lutter contre la menace citrouille envahissant les cruches réservées normalement aux boissons dignes de leur nom. Cherchant le fameux tableau permettant d'accéder au royaume de la gastronomie supérieure magique. Par chance le tableau était assez voyant et je pus entrée dans le monde des bonnes pâtisseries du petit déjeuner. Il n'y avait aucun mot pour décrire ce que j'avais devant les yeux, c'était extraordinaire. Il y avait mille odeurs se mélangeant mille plats les uns a coté des autres. Mettant un pied devant l'autre je m'approchais de la première table prêt de l'entrée. Sur celle-ci était installé un gâteau à six étages, le glaçage était d'une couleur neige, par-dessus se trouvait des files de chocolat au lait entrelacer pour former une sorte de voile fin, poser avec délicatesse sur se voile se trouvait des fleurs de milles couleurs plus vrais que nature. J'approchai mon nez de celle-ci et je sentis une odeur de pomme cannelle jouant avec mes papilles, passant de la fleur à côté je remarquai une odeur de violette saupoudrait d'une pointe de vanille. Me relevant pour admirer encore cette œuvre d'art, je ne remarquai pas l'elfe de maison à mes pieds me regardant. « Vous désirait Mademoiselle ?! » Surprise par sa petite voix je sursautai retrouvant mes esprits au milieu de ce pays de gourmandise ! Regardant l'elfe, vêtu de son plus beau tablier portant une petite toque sur ses grandes oreilles cachant un peu ses yeux globuleux, était vraiment adorable. Pourtant, ces créatures n'étaient pas forcément de pure beauté. Baissant mon regard vers lui je répondis avec sérieux.« Je suis venu pour bannir le jus de citrouille de la gastronomie de Poudlard ! C’est a se moment la que la porte s’ouvrit a nouveau..

_________________
Chacun a en lui son petit monstre à nourrir
i never said i'd lie and wait forever, if i died we'd be together, i can't always just forget her but she could try. at the end of the world or the last thing i see you are never coming home, never coming home. could i? should i? and all the things that you never ever told me and all the smiles that are ever... ever....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ❖ I hope that it will treat you well ❖   Mer 20 Juil - 14:48

Castiel & Cléo



Depuis un mois les cours avaient repris, et le calvaire avait recommencé. Bien sur, Cléo n’était pas le genre d’élève à courir pour aller en cours, mais il n’y aller pas non plus à reculons. Ce n’est pas comme si tous les profs lui courraient après non plus, car en cours, son comportement était presque parfait, sauf vraiment quand il n’est pas d’accord avec les paroles ou dire d’un professeur, à ces moments là, il pouvait rapidement perdre son calme et son sourire habituel, même si ces moments sont tout de même assez rare puisque presque tous les profs aime beaucoup le Gryffondor sans forcément de raison… Mais le pire quand les cours reprennent, ce ne sont pas les cours mais plutôt les devoirs qui y sont associés. Ayant joué au Quidditch presque tout le samedi, il fallait maintenant qu’il fasse ses devoirs, une corvée assez énorme tout de même, surtout pour un septième année. Et oui, comme les ASPIC se trouvent à la fin de l’année, les profs se déchainent dès le début de l’année, et les devoirs fusent assez rapidement. Cléo devait donc s’appliquer sur un devoir d’études des runes, le jeune homme avait pris cette option après ses BUSE, et la matière n’était pas de tout repos. Les runes étant une écriture ancienne et extrêmement complexe, leur application était tout aussi difficile. Cette année, le prof avait vraiment décidé de s’acharner sur ces pauvres élèves, au lieu de leur faire traduire un texte runique en anglais, il leur demanda l’inverse, un exercice bien plus compliqué, vu que les formulations ne sont plus les mêmes et que le dictionnaire est dans le sens inverse. Bref, le jeune homme savait parfaitement qu’il devrait consacrer à son devoir toute son après-midi si ce n’est pas plus…

Il s’y appliqua pendant un bon moment, jusqu’à ce qu’il lève pour la première fois les yeux. La plus grande erreur de son après-midi, car une fois les yeux levés, tout était plus intéressant que son fichu devoir. Il était quelque chose comme quatre heures de l’après-midi, et vu que le temps était mauvais, la salle commune des Gryffondor commençait réellement à se remplir. Il était à une table avec d’autres septièmes années, et forcément, ils étaient les seuls à travailler. Sur le canapé central, ce trouvait un petit groupe de première année dont sa petite sœur, ils étaient huit sur un canapé pour trois, et ils étaient entrain de discuter de tout et de rien, Cléo pouvait même les entendre débattre sur Mimi Géniarde, le fantôme des toilettes des filles, une petite blonde l’avait surprise entrain d’espionner les toilettes des garçons, et rien que ça les emmena dans un petit fou rire. De l’autre côté de la salle, deux garçons de quatrième année jouaient aux échecs version sorcier, le premier devait être novice car il se faisait doubler facilement par l’autre qui trichait avec un grand sourire, celui-là n’était surement pas un ami à avoir, en tout cas, pas si on ne sait pas jouer à un jeu. Dans les escaliers de la salle commune, se trouvait un jeune couple, des cinquièmes années, ils étaient tellement proche que de loin on aurait pu croire qu’ils ne formaient qu’une seule personne, et le garçon l’embrassait plus que vigoureusement à s’en demander s’ils prenaient le temps de respirer, tout cela aurait été très mignon si la fille assise sur le siège d’en face ne les regardait pas avec un regard meurtrier qui prouvait totalement que la jeune demoiselle était cocue, et surement à cause d’une de ses amies…


Les minutes passaient et les paupières du jeune homme se refermaient de plus en plus, sans qu’il ne regarde sa copie une nouvelle fois. Il se réveilla d’un coup, la salle commune était vide sans compter les trois autres Gryffondor entrain de dormir à la même table que lui. C’est en voyant des élèves entrer de nouveau dans la salle qu’il comprit qu’ils avaient tous les quatre loupés le diner. Il réveilla donc les trois autres et se proposa pour descendre aux cuisines et récupérer quelques petits trucs pour manger, ils en avaient l’habitude et les elfes aussi d’ailleurs. Il laissa donc en plan tous ses bouquins et son parchemin ainsi que sa plume pour s’élancer dans les couloirs du château. La nuit serait longue ce jour là, ils n’avaient même pas fait la moitié de leur devoir et le cours était leur premier le lendemain matin. Cléo laissa son esprit trainer un peu n’importe où en descendant les marches du château quatre à quatre. Forcément, la salle commune des lions étaient la plus loin des cuisines, il fallait passer tous les étages et donc toutes les folies des escaliers et des tableaux, heureusement, le garçon connaissait tous les passages secrets de l’école et arriva donc rapidement en bas. La porte des cuisines n’était pas totalement fermée ce qui était plutôt inhabituel, vu que les elfes n’en sortaient que part transplanage et encore, quand ils en sortaient. Ces petites créatures n’étaient pas seulement doté de pouvoirs magiques utilisable sans baguette, mais ils possédaient aussi un caractère adorable pour certain mais une motivation de fer. A Poudlard, tous les elfes ou presque tous étaient des elfes libre, et donc qui avaient choisi d’aider l’école de magie, ce qui faisait d’eux des êtres vraiment impressionnant, mais vu qu’ils étaient libre, ils pouvaient aussi partir quand bon leur semble et ne pas faire à manger quand ils le souhaitaient. Seulement, la différence entre un elfe et un humain, est que lorsqu’il propose ses services, l’elfe ne se contredit pas ou juste pour une autre tâche qu’on lui a demandé d’accomplir…

L’esprit de Cléo eut un mouvement de recule quand il sentit celui de la personne présente dans les cuisines. Il se rappela le jour, et souffla, tout était bon et presque sécurisé. Il ouvrit la porte avec son grand sourire habituel, un sourire assez ravageur mais qu’il utilisait souvent sans s’en rendre compte. Il ne s’était bien sur pas trompé, la jeune fille présente était belle et bien Castiel Wellington, une Serpentard d’un an de moins que lui qui avait un lourd passé et un lourd secret. Il rangea son esprit, ne voulant pas être dans le sien plus longtemps, il n’aimait pas être dans son esprit, non seulement parce qu’il était extrêmement sombre, mais aussi parce que les souvenirs de la demoiselle étaient réellement douloureux et qu’il ne les aimait pas du tout. Il mit donc tout cela de côté, car ce qu’il avait entendu juste avant ne lui plaisait pas du tout. « Comment ça tu veux supprimer le jus de citrouille ? Tu es folle… je savais que les Serpentard avaient quelques problèmes mais alors là… ». Un petit elfe arriva vers lui les mains pleines de gâteaux, de choses à manger et des bouteilles de cette boisson que la demoiselle voulait supprimer, il venait tellement souvent, que les elfes connaissaient sa demande et ne l’attendait pas. Il fit un signe de tête pour remercier l’elfe et posa toutes ses affaires sur une petite table. Il savait parfaitement que cette petite conversation allait un peu durer, et il s’en amusait un peu… Il savait le secret de la jeune femme, il savait qu’elle n’en parlait à personne, et qu’elle en avait marre de porter quelque chose d’aussi lourd seule. Il lui avait par plusieurs occasions offert le plaisir de lui dire simplement, mais il voulait vraiment l’aider, pas pour être le seul à connaître le secret de la belle, mais juste pour la soulager un peu (HS : ça fait un peu bizarre dit comme ça…). « Il faut dire, c’est peut être autre chose que le fait d’être Serpentard… », il avait dit cette phrase en regardant la jeune femme avec insistance et malice. Il savait parfaitement que celle-ci allait l’envoyer sur les roses, comme à son habitude, mais cela ne le gênait pas du tout, il essaierait de calmer les choses, ce qu’il ne ferait pas avec un autre Serpentard, il connaissait un peu tout le déroulement, mais la fin de leurs discussions étaient toujours différentes, selon leurs humeurs. Une chose était sûre, cela le changer un peu des runes, et il en était bien heureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Divine Rowan Barnes


✔ date d'inscription : 17/07/2011
✔ prénom/pseudo : summerby
✔ âge : 24
✔ nombre de messages : 252
✔ avatar : emma watson
✔ copyright : bazzar ou encore tumblr
ϟ âge : dix sept ans
ϟ sang :
  • sang pur
ϟ maison : je suis dans la maison de salazar serpentard, et je suis préfète de cette même maison
ϟ baguette : ma baguette est composé de bois d'olivier, mesurant 36,5 cm et détenant en son coeur un crin de licorne
ϟ grade particulier : je suis préfète de ma maison & malheureusement pour toi je vais te rendre la vie impossible
ϟ appartenance aux clubs : le pacte du sang & surement une de mes priorités en ce moment
ϟ patronus : une salamandre même si je ne l'apprécie gère
ϟ épouvantard : la pleine lune est mon épouvantard mais ne demandait pas pourquoi


lumos
♣ relationships:

MessageSujet: Re: ❖ I hope that it will treat you well ❖   Mer 20 Juil - 20:08

    « Comment ça tu veux supprimer le jus de citrouille ? Tu es folle… je savais que les Serpentards avaient quelques problèmes mais alors là… ! » Cette voix elle me perçait un instant le cœur. C'était impossible il n'avait aucun droit d'être ici au même moment que moi. Je me médisais moi-même d'avoir mis les pieds dans les cuisines ce soir-là, oui le savait bien il n'allait pas me laisser tranquille. Je fermais un instant les yeux respirant doucement évitant que le son de mon souffle atteigne ses oreilles. Je rouvris doucement mes yeux faisant volte face vers ce garçon du nom de Cléo. Nous nous étions rencontré au détour d'un couloir le lendemain d'une de mes transformations. Et il avait comprit que je n'étais pas comme les autres. Il avait lu dans ma tête, une chose que je ne supportais pas. Il connaissait mes faiblesses une raison pour laquelle je pouvais tuer. Mais il était encore en vie et heureusement pour lui. Pourtant, à chaque fois que le croisait cela me démangeais de le faire taire pour de bon, de lui faire oublier les sensations qu'il éprouvait en ma présence. Je levais les yeux du sol pour le plongeais au fin fond de ceux de mon interlocuteur. Il voulait jouer alors nous allions joués. Je ne pouvais plus perdre la partit mais, lui par contre c'était à ses risques et périls. « Empoisonne toi si cela te tiens t'en à cœur Fenwick. Moi a l’instar de ta personne je compte bien déjeuner avec une boisson qui ne me donne pas envie de rendre tout mon repas. Maintenant si tu veux bien déguerpir, cela serait tout à ton honneur. » Ma voix était resté douce comme à chaque fois que j'ouvrais la bouche. Oui je n'étais pas du genre à hausser le ton, cela ne servait à rien surtout quand on parlait a une personne n'écoutant qu'à moitié vos paroles. Enfin passons. Je tournais à nouveau les talons pour faire face à l'elfe devant moi. Le pauvre il avait bien comprit que cette douce visite allait surement devenir un vrai carnage si l'un des deux visiteurs ne sortait pas au plus vite. Et je n'avais aucunement l'intention de sortir de cette pièce t'en que ma requête n'aurait pas été prise en compte. Mais, je le savais bien Cléo ne bougerais pas t'en que je n'aurais pas eu l'envie de le tuer devant ses yeux. Oui c'était dans son style de me mettre à bout de me faire craquer. Il me connaissait mieux que quiconque et pourtant nous n'étions pas amis. Cela me m'étais ors de moi de le savoir aussi proche de moi, de savoir qu'il connaissait ma vie entière mes cauchemars et mes désirs les plus enfouis. Oui il savait bien que ma mère était morte sous mes yeux et que mon pauvre père avait eu l'audace de me soumettre son don en déchirant une partie de mon cou. Il savait que ma première transformation avait été la pire souffrance de toute mon existence et que j'en souffrais encore parfois. Il savait, il savait que chaque soir quand tous les yeux du château étaient fermés je sortais en silence pour pleurer sous le saule cogneur. Il savait chaque détail douloureux de ma vie et avec son grand cœur il cherché à me faire parler, à me faire avouer que je n'étais pas celle que je laissais voir, que je n'étais qu'une simple fille au cœur lourd. J'étais si faible face à lui et je n'avais aucun moyen de me défendre. J'espérais toujours secrètement qu'il soit assez fou pour me suivre un soir de pleine lune et que ma violence lui face perdre son âme charitable. Mais, il le savait bien et il n'était pas aussi fou, et c'est surement pour cette folie qu'il ne possédait pas que je le haïssais tant.

    J'attendais donc une réponse du petit bonhomme face à moi. Et malheureusement pour moi quand il ouvrit la bouche ce ne fut pas sa voix qui résonna dans les cuisines mais, bien celle de mon autre interlocuteur. « Il faut dire, c’est peut être autre chose que le fait d’être Serpentard… » Je savais pertinemment de quoi il parlait. Il insinuait que mon problème avec le jus de citrouille provenait du fait que j'étais un loup-garou. Il se trompait bien entendu comme à chaque fois qu'il ouvrait la bouche pour me sortir une énormité. Il faut bien dire qu'il ne connaissait que la part de moi meurtrie et faible, et malheureusement pour lui ce n'était pas la part de moi, la plus dangereuse. Sa phrase était donc surement de trop, et il n'aurait jamais dû partir sur se terrain si dangereux. En une fraction de seconde je m'étais retrouvé coller à son corps le visage proche du sien, si proche qu'il pouvait sentir mon souffle contre ses douches lèvres d'ange. Il ne fallait pas qu'il touche aux cordes sensibles sinon il allait apprendre à connaitre Castiel. Mes lèvres proches des siennes comme si je cherchais à le provoquer. Je voulais qu'il sente ma présence, prêt de son corps, qu'il comprenne que je n'étais pas aussi faible qu'il avait pu le lire. Mon bras se leva doucement pour accompagner ma main qui vint se déposer sur le visage du charmant jeune homme face à moi. « Il faut que tu apprennes a garder pour toi ce genre de phrase avant de te retrouver malencontreusement avec un cœur en moins chéri » dis-je sur un ton presque amusé par la situation. Je le savais, mon corps aussi proche de lui ne pouvait pas non plus le laisser de glace, j'étais comme la séductrice face à sa proie prête a le dévorer. Il fallait que je le mette mal à l'aise et être aussi proche ne pouvait pas, j'en étais sur, lui faire aucun effet. J'étais joueuse et quand on désirait jouer avec le loup il fallait toujours faire attention à que le loup ne cherche pas à souffler sur votre maison de paille.


_________________
Chacun a en lui son petit monstre à nourrir
i never said i'd lie and wait forever, if i died we'd be together, i can't always just forget her but she could try. at the end of the world or the last thing i see you are never coming home, never coming home. could i? should i? and all the things that you never ever told me and all the smiles that are ever... ever....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ❖ I hope that it will treat you well ❖   Mer 20 Juil - 21:15

Castiel & Cléo



La cuisine n’était pas un endroit très chaleureux, même si les elfes étaient très sympathique, l’endroit n’était pas vraiment fait pour des humains, il n’y faisait donc pas très chaud, et à part les nombreux mets, rien n’était très agréable dans la pièce. Mais tout cela ne déranger pas le Gryffondor qui connaissait parfaitement l’endroit et qui habituellement n’y restait pas très longtemps. A sa première phrase, la demoiselle se retourna, elle savait qui il était, elle savait surement qu’il connaissait tout d’elle mais elle ne voulait pas lui en parler pour autant, et cela il ne le comprenait pas, mais cela l’amusait tout de même un peu, même beaucoup. Cléo sentait toute sa présence, comme si elle n’était qu’à quelques centimètres de lui. Le plus drôle ce soir là était surement le fait que la demoiselle n’avait pas l’air de très bonne humeur, le coup du jus de citrouille l’avait énervé, elle serait donc parfaitement prête pour s’amuser un peu, le sentiment du jeune homme se confirma à la réplique de la jeune femme : « Empoisonne toi si cela te tiens t'en à cœur Fenwick. Moi a l’instar de ta personne je compte bien déjeuner avec une boisson qui ne me donne pas envie de rendre tout mon repas. Maintenant si tu veux bien déguerpir, cela serait tout à ton honneur. ». Il n’avait aucune envie de partir, son repas attendrait et ses amis aussi, ils n’avaient qu’à descendre de toute manière. Les yeux de Castiel creusaient dans les siens, on pouvait y voir beaucoup, mais le sentiment prédominant à ce moment était sans nul doute la colère ou quelque chose s’en approchant de près. Il n’avait pas vraiment écouté les paroles de la demoiselle, mais à sa dernière phrase il sourit et regarda la porte. Et avec son grand sourire referma la porte du bout du doigt.

Castiel se tourna vers l’elfe, le pauvre bonhomme ferait bien de retourner à ses cuisines, Cléo savait parfaitement qu’aucun des deux ne partiraient tant qu’ils n’auraient pas réglé leur petite affaire et vu le regard de la jeune femme, elle était vraiment décidé à abolir le jus de citrouille de la gastronomie de Poudlard. Elle ne pouvait tout de même pas penser sérieusement qu’ils enlèveraient un aliment sorcier aussi populaire du régime des élèves ? Même les profs raffolaient de cette boisson, jamais la directrice donnerait une autorisation pareille. Elle ne voulait pas partir et bien lui non plus, son repas était tout de suite moins appétissant, il voulait enfin qu’elle se montre, il ne voulait pas voir que la façade de la Serpentard mais son être tout entier, il en avait aperçut un bout, mais il ne voulait pas l’avoir en pensée, il le voulait pour de vrai. Cette jeune femme avait un tellement grand potentiel pour lui, si seulement elle lâchait prise et se confiait enfin à quelqu’un, quelqu’un d’autre qu’un autre loup garou… Il savait qu’il avait un pouvoir très puissant, et encore plus grâce à son don de légilimens, mais pour le moment, il ne l’utiliserait pas comme moyen d’attaque, sauf si bien sur elle dépassait certaines limites. Mais il ne voulait pas autant jouer avec les sentiments de la demoiselle, il savait qu’après chacune de leur rencontre elle était tout de même chambouler, il savait qu’il la bouleversait, et ne voulait pas non plus lui infliger une aussi profonde douleur en lui fixant des images terribles qui appartenait à ses profonds souvenirs…

A sa deuxième réplique, Castiel plongea totalement, elle était entrée dans leur jeu et réellement cette fois-ci. Elle s’était approchée dangereusement de lui. Leurs corps étaient collés, et cette proximité était totalement voulue par la demoiselle. Ses lèvres étaient tellement proches qu’il sentait son souffle et il aurait pu jurer que ses lèvres étaient d’une douceur incroyable, il ferma les yeux quand la main de la demoiselle frôla son visage et ses lèvres se transformèrent en un sourire irrésistible. Il replongea ses yeux dans ceux de Castiel. Elle était plus petite que lui, mais elle se tenait parfaitement à la hauteur de son visage. Ils n’avaient jamais été aussi proches et cela gênait Cléo car il savait qu’avec autant de contact, elle aurait surement un peu le dessus. « Il faut que tu apprennes à garder pour toi ce genre de phrase avant de te retrouver malencontreusement avec un cœur en moins chéri ». Il fallait avouer qu’il avait du mal à garder tout son sérieux dans cette position, mais il en avait un peu l’habitude, avec d’autres jeunes filles, mais Castiel avait son propre charme et quand elle prononça cette phrase il eut un léger frisson. La demoiselle avait une double personnalité et dans cette phrase le loup comme la demoiselle y était ce qui la rendait assez puissante, mais fausse en même temps… Son cœur ? Le sourire de Cléo changea, et à son tour il posa ses mains sur le visage de la demoiselle et passa son pouce délicatement sur ses lèvres. « Comment des phrases pareilles peuvent sortir d’une si petite personne ? ».

Sans réellement le vouloir, il fit un acte irréfléchi, son esprit s’envola dans celui de la demoiselle et une image d’elle en loup-garou se stoppa. Il ressortit immédiatement voyant son énorme erreur, il s’était dit de ne pas franchir cette limite sans raison valable et là, il n’avait pas cette raison… Il cligna des paupières et lâcha la jeune femme. Son regard se tourna vers l’elfe de maison qui ne comprenait pas du tout la scène qui se produisait devant lui, et en plus il n’y pouvait rien, il n’avait pas la force de séparer deux humains, mais il était aussi surpris par tout ce spectacle. La vision du petit bonhomme fit retrouver ses esprits au jeune Gryffondor, et il reprit son sourire malicieux. Le loup avait joué, il commençait à gagner, mais la proie avait repris le dessus, pour un moment. Il voulait s’excuser, mais ses excuses ne sortirent pas seul un petit « Je… » réussit à percer le silence. Instinctivement, il referma son esprit et sans y faire attention, il sortit quelque chose qu’il regretta de suite, « Tu ne trouves pas fou que McGonagal laisse entrer n’importe qui dans le château ? ». Il voulait la faire craquer, mais pas dans ce sens, il aurait été un elfe, il se serait frappé, d’ailleurs il en avait envie, rien ne justifier ses paroles, et il aurait voulu remonter le temps juste pour ne pas les dire… Mais avant qu’il fasse ses excuses la colère de sa destinatrice était partie…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Divine Rowan Barnes


✔ date d'inscription : 17/07/2011
✔ prénom/pseudo : summerby
✔ âge : 24
✔ nombre de messages : 252
✔ avatar : emma watson
✔ copyright : bazzar ou encore tumblr
ϟ âge : dix sept ans
ϟ sang :
  • sang pur
ϟ maison : je suis dans la maison de salazar serpentard, et je suis préfète de cette même maison
ϟ baguette : ma baguette est composé de bois d'olivier, mesurant 36,5 cm et détenant en son coeur un crin de licorne
ϟ grade particulier : je suis préfète de ma maison & malheureusement pour toi je vais te rendre la vie impossible
ϟ appartenance aux clubs : le pacte du sang & surement une de mes priorités en ce moment
ϟ patronus : une salamandre même si je ne l'apprécie gère
ϟ épouvantard : la pleine lune est mon épouvantard mais ne demandait pas pourquoi


lumos
♣ relationships:

MessageSujet: Re: ❖ I hope that it will treat you well ❖   Ven 22 Juil - 9:00

Le jeu devenait de plus en plus dangereux et c'était surement ce qui rendait la situation encore plus amusante. J'avais trouvé une faille dans la personnalité du jeune homme. Après tous il était comme tous les hommes sur cette foutue planète. Oui ils ne pouvaient résister au charme d'une femme, c'était comme une évidence. Personne ne pouvait le nier, j'étais une belle femme peut être pas la plus belle et j'en passe et des meilleurs mais, du moins j'avais un charme auquel peu d'hommes résistaient. C'était si simple de faire faiblir un homme qui pense avoir le pouvoir sur votre moi intérieur. Mais, Cléo ne me connaissais pas du moins il pensait me connaitre de l'intérieur, mais, que connaissait-il réellement de moi ?! Il savait que j'étais une fille fragile au passé douloureux et alors ?! Qui n'avait pas un passé compliqué comme le mien ?! Il faut dire que je n'étais pas comme les autres et cela Cléo l'avait bien comprit. Il avait un lourd pouvoir sur moi mais, maintenant il savait aussi que je pouvais le faire tressaillir si l'envie m'en prenait. J'étais si proche de lui que l'on aurait pu croire que nous allions se dévorer mutuellement, oui je ne pouvais nier que son doux visage aurait été pour moi un repas appétissant ! Bin quoi n'oubliait pas que j'étais un monstre dans le fond. Bref. Ma main avait doucement retrouvé sa place faisant un pas en arrière c'est lui qui s'approcha de moi collant à nouveau son corps contre le mien. Son pouce passa avec délicatesse sur mes lèvres comme s'il désirait emprisonner un instant la sensation de mes lèvres contre sa peau. « Comment des phrases pareilles peuvent sortir d’une si petite personne ? » Une question peut être inutile quand on connaissait ma nature profonde. Je n'étais pas une petite personne j'étais un monstre assoiffé de sang qui quand elle n'était plus elle même pouvait te tuer en un coup de crocs. J'étais dangereuse sur tous les terrains mais, peu de personne en avait conscience. Je ne pouvais plus être une fille ordinaire qui trouverait l'amour et qui vivrait heureuse avec plein d'enfant. S'était impossible rien que l'idée d'avoir un petit ami me refroidissais. Je voulus lui répondre mais, ses yeux plongeais dans les miens il laissa paraitre l'image qui le passionnait temps quand il me regardait. Il venait de s'introduire en moi comme par habitude et avait vue mon véritable visage. Me rapprochant a nouveau de lui je laissai mon visage se fondre dans son cou pour atteindre son oreille et dans un susurrement presque secret je lui dit « Tu le vois bien je ne suis pas une petite personne, alors arrête de croire que ma faiblesse intérieur me perdra Fenwick je suis plus horrible que tu ne peux l'imaginer. » Je fis un pas en arrière un sourire amusé sur mes douces lèvres. Je n'avais pas envie de faiblir devant lui pas aujourd'hui. Je devais jouer avec ses faiblesses à lui et non avec les miennes. Aujourd'hui il apprendrait a faire attention à Castiel.

Je m'étais donc éloigné de son corps. Et je sentis qu'il se sentait coupable d'être entré a nouveau dans mon esprit. Quel dommage. Sa voie était comme désolé de m'avoir a nouveau percé et pourtant je n'avais aucune colère envers lui. Qu'il voie qui j'étais réellement le calmerait surement et il oublierait peut-être la pauvre enfant de deux ans se faisant attaqué par son propre père prêt de sa pauvre mère baignant dans son sang. Il fallait savoir que cette image n'était surement pas la pire vision de mon enfance, même loin de là. Il ne savait pas la souffrance qui avait envahie mon corps quand j'étais devenue le monstre que je suis pour la première fois. Il ne pouvait comprendre le fait de voir son corps devenir des plus horribles. Toute ma phtisiologie avait changé se soir là et mes crocs en étaient la preuve. Devenir un loup n'était pas une balade de santé, j'avais tout le temps faim de viande j'étais tout le temps en colère, la soif de tuer était plus forte que tout le reste. Et pourtant, je me contrôlais essayant d'être la fille la plus normal possible aux yeux des autres. « Je.. » Il était désolé d'entré dans mon esprit et de ressentir mes émotions les plus enfouie et pourtant, je ne désirait juste que cela qu'il prenne peur qu'il souffre tellement qu'il me laisse enfin tranquille, qu'il me fuit tellement la souffrance serait trop forte.« Tu ne trouves pas fou que McGonagal laisse entrer n’importe qui dans le château ? » Il me cherchais de plus en plus je le savais il voulait encore que je craque devant lui que je sois à nouveau la fille la plus faible qu'il connaisse. Mais, aujourd'hui je ne faiblirais pas. A sa dernière phrase j'eus comme un petit sourire amusé. Je n'étais pas n'importe qui et a vrai dire je ne me sentais pas concerné directement pas sa réplique. Je voyais bien qu'il était plus gêner que moi, c'est surement à ce moment là que je compris qu'il ne cherchait pas à me faire souffrir mais, plutôt a m'aider. Il était fou je le confirme. M'aider ?! Moi ?! Il faudrait vraiment avoir un grain et sincèrement je ne doutais pas de sa folie profonde, pour me parler ainsi.

A moi de jouer. Le sourire aux lèvres je m'approchais a nouveau de lui et me coller a lui dans un geste des plus délicats, comme si je n'étais qu'une innocente petite fille. Ma main revint se poser sur son visage d'ange. J'allais devenir son pire cauchemar et il risquait de ne plus pouvoir se débarrasser de moi et malheureusement pour lui cela ne serait pas sa plus grande joie de m'avoir prêt de lui. Je rapprochais ma tête de la sienne reprenant ma place initiale, mes lèvres proches des siennes. Je plongeais mon regard dans le sien comme pour le provoquer pour qu'il y rentre de nouveau. « Je te passionne Fenwick.. » dis-je dans un souffle « Je me demande bien pourquoi, je ne suis qu'une simple petite personne.. » ma voix restait soufflante comme dans une confidence « Serais-tu fou ?! Ou aurais-tu un désir obsessionnel de souffrir ?! » demandais-je doucement. Me collant encore plus à lui je déposais une de mes mains sur son torse. « Ou peut être que je te fais tressaillir par ma bestialité ?! » Je restais proche de lui le regard dans le sien attendant une réponse ou un acte de sa par. Je rendais le jeu de plus en plus dangereux et cela me plaisais beaucoup je l'avoue. Rapprochant encore mon visage du sien, mes lèvres a quelques millimètres des siennes les touchant presque. Je savais que quand mes lèvres bougeraient elles toucheraient les siennes innocemment et cette acte allait ajouter une sensation que le jeune homme ne s'attendrait surement pas. « Mon esprit t'ai ouvert je t'en pris va y faire une balade tu y découvriras peu être ce que tu recherches un souffrance exceptionnel. »

_________________
Chacun a en lui son petit monstre à nourrir
i never said i'd lie and wait forever, if i died we'd be together, i can't always just forget her but she could try. at the end of the world or the last thing i see you are never coming home, never coming home. could i? should i? and all the things that you never ever told me and all the smiles that are ever... ever....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ❖ I hope that it will treat you well ❖   

Revenir en haut Aller en bas
 

❖ I hope that it will treat you well ❖

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Adieu monde cruel ! :: Corbeille :: RP archivés-